« JOUER, C'EST DU BONHEUR »

à Lyon, ELISA RIBERRY

— 

Les scènes ont été adaptées aux comédiens et à leur handicap.
Les scènes ont été adaptées aux comédiens et à leur handicap. — ALTEA GENERATION

Les costumes sont prêts à être enfilés. Les textes et chorégraphies maîtrisés sur le bout des doigts. Malgré tout, à la compagnie Altea-Génération théâtre, le trac commence à monter. Vendredi soir, vingt et un acteurs et danseurs amateurs de cette troupe vont monter sur les planches, à Lyon (Rhône), pour offrir au public une version peu ordinaire des Femmes curieuses de Carlo Goldoni. Une pièce réadaptée par la metteur en scène Malo Lopez et la chorégraphe Maylis Jeanselme, et jouée uniquement par des déficients mentaux, passionnés de théâtre.

« Beaucoup ignorent leur talent »


«Ce n'est pas un spectacle de kermesse. Il y a du vrai boulot derrière pour que le public voie des acteurs et pas seulement des handicapés. Beaucoup ignorent le talent que ces gens peuvent avoir», explique Malo Lopez, qui a créé sa compagnie il y dix-sept ans pour favoriser l'accès des handicapés à la culture. «Sur les cinquante-cinq pages de texte, j'en ai gardé dix-sept. J'ai adapté les scènes aux comédiens et à leur handicap», précise la metteur en scène.

Vendredi, Simon et Raphaëlle incarneront les rôles principaux. Et c'est avec un véritable enthousiasme que ces trisomiques de 29 et 30 ans attendent de monter sur scène. «Jouer, pour moi, c'est du bonheur. Je m'éclate sur scène et cela fait travailler ma mémoire, confie Raphaëlle. Simon, lui, a trouvé ainsi l'occasion de libérer» ses émotions «et d'améliorer son langage.» Avant, je bégayais. A force de répéter, je parle mieux «, indique le garçon qui rêve d'» être comédien à temps complet «.