L'ADN accuse les époux Courjault

©2006 20 minutes

— 

L'étau se resserre autour des Courjault. La justice a indiqué hier que de nouveaux tests ADN pratiqués en France ont établi que les époux Courjault sont bel et bien les parents des deux bébés retrouvés morts en juillet dans le congélateur de leur domicile en Corée du Sud.

Jean-Louis et Véronique Courjault, Français résidant à Séoul, ont été placés en garde à vue hier soir à Tours, leur ville de résidence dans l'Hexagone. Jusqu'à présent, les autorités coréennes les soupçonnaient du double infanticide. Hier, les analyses françaises ont confirmé les premiers tests ADN réalisés en Corée du Sud et dénoncés par le couple.

Le 23 juillet, Jean-Louis Courjault, en vacances en France, revient à Séoul pour affaires, et alerte la police après avoir découvert, affirme-t-il, deux cadavres de bébés dans son congélateur. Dans l'attente des analyses ADN, les policiers coréens l'autorisent à rentrer en France retrouver son épouse. Depuis, la justice sud-coréenne exige leur retour à Séoul. Ce que refuse le couple Courjault qui clame son innocence, affirmant que Véronique Courjault « n'a pas accouché » de ces bébés. Hier, leur avocat, Marc Morin, a regretté que leur dossier soit « géré de façon plus médiatique que juridique ».

Fin août, Jean-Louis Courjault, ingénieur dans une firme technologique américaine, a avancé la possibilité d'une manipulation industrielle visant à le discréditer.