La capitale des Flandres a su changer son image

Dossier réalisé par Olivier Aballain et Gilles Durand, à Lille

— 

Premier quotidien national implanté dans 40 villes et touchant 96 % des actifs urbains, 20 Minutes poursuit sa série d'interviews de maires de grandes villes, à un an des élections municipales.

Aujourd'hui : Martine Aubry,

maire (PS) de Lille.

Certains ténors de la droite lilloise réfléchissent déjà à 2020. C'est dire si le bastion socialiste lillois paraît, une fois de plus, imprenable aux municipales de 2014. Après trois mandats à l'hôtel de ville dont deux comme maire, Martine Aubry a façonné la ville comme son prédécesseur, Pierre Mauroy. L'élan de Lille 2004, capitale européenne de la culture, a trouvé son prolongement dans un essor économique autour des nouvelles technologies et de la santé. Signe des temps, la promotion du Nord-Pas-de-Calais à l'étranger se fait d'ailleurs maintenant autour de la marque « Lille Region ».

Les défis n'en sont pas moins grands pour Martine Aubry, qui doit encore convaincre les Lillois que cette ascension profite à tous, alors que le taux de chômage de l'agglomération, à 11, 3 %, reste supérieur à la moyenne française. Mais du point de vue politique, la maire a plutôt des problèmes de riche, comme continuer à rassembler autour d'elle les composantes parfois remuantes de sa majorité PS, Verts, PCF et MoDem.