L'interdiction de fumer fait un tabac

©2006 20 minutes

— 

AFP TV

La mission d'information sur le tabac a livré hier son verdict. Au final, les parlementaires préconisent une interdiction totale de fumer dans tous les endroits publics (lieux de travail, de santé, d'éducation...) effective au 1er septembre 2007. Sans exception pour les cafés, restaurants, discothèques, bureaux de tabac ou casinos, ceci afin de protéger leurs salariés. Néanmoins, les parlementaires comprendraient que l'on accorde un délai supplémentaire à ces lieux dits de « convivialité », au plus tard jusqu'au 30 juin 2008. Leur texte prévoit aussi la possibilité de créer des fumoirs clos dans lesquels il n'y aurait aucun service.

Rien ne dit que ce texte sera repris tel quel par le gouvernement ni que ce dernier respectera les délais suggérés. Mais le ministre de la Santé réclame une interdiction début 2007, avec une « progressivité » pour les lieux de convivialité. Xavier Bertrand réfute l'argument selon lequel une longue période doit être laissée entre le vote et l'application, pour mener une explication auprès des citoyens et des professionnels. « En France, le débat est déjà sur la place publique depuis près d'un an », relève-t-il.

C'est maintenant à Matignon et à l'Elysée, à cheval sur son plan cancer, de trancher. Dans la balance, il y a d'un côté les envies des Français : entre 70 % et 80 % d'entre eux sont favorables à l'interdiction, mais une majorité plaide en faveur d'aménagements pour les bars ou les restaurants. De l'autre côté, il y a les morts du tabagisme passif. Près de 5 000 par an. Un décret fixant les modalités et la date d'entrée en vigueur de la mesure devrait être pris cette année. Peut-être même dans les jours qui viennent.

Stéphane Colineau

Buralistes et restaurateurs assurent qu'ils sont furieux, mais savent que tout salarié victime de tabagisme passif peut déjà les faire condamner. Résignés, ils semblent vouloir négocier des aides et des délais.