Séverine Tessier : «Une pratique qui se généralise»

©2006 20 minutes

— 

Interview de Séverine Tessier, assistante parlementaire et présidente de l'association anticorruption Anticor.

En 2005, vous avez reçu un étrange courrier à l'Assemblée...

Une société de lobbying m'a proposé des vacations rémunérées et anonymes pour approcher tel ou tel député ou avoir des informations sur des dossiers examinés par l'Assemblée, m'expliquant que certains de mes collègues le faisaient déjà.

C'est une pratique courante ?

J'avais déjà entendu des rumeurs, mais c'était la première fois que ça se faisait de manière aussi officielle.

Les lobbies sont-ils puissants à l'Assemblée ?

C'est une pratique qui se généralise. Certaines lois reprennent à l'identique des argumentaires de sociétés privées. Les rencontres avec les députés se multiplient via des colloques ou des groupes d'études. Pour moi, c'est un dévoiement de l'intérêt général au profit d'intérêts privés.

Recueilli par B. B.