La vente en ligne mieux encadrée ?

— 

Traitement contre la fièvre, la toux, les maux de tête…. Depuis début janvier, les pharmaciens peuvent vendre des médicaments délivrés sans ordonnance sur Internet. Ce vendredi était, pour ceux qui se sont déjà lancés, la date jusqu'à laquelle il devaient demander un agrément à leur agence régionale de santé (ARS). Une mise en conformité indispensable pour continuer ce commerce électronique. Afin d'encadrer la vente de médicaments en ligne, le gouvernement impose qu'il soit adossé à une officine ayant pignon sur rue. Et d'ici à quelques semaines, il éditera un guide des bonnes pratiques. Courant 2013, les sites qui proposent légalement des médicaments seront garantis par un logo. En attendant, l'ordre des pharmaciens alerte sur les éventuelles dérives que le commerce électronique de médicaments pourrait générer. «Il faut notamment veiller à ce que le patient consommateur ne soit pas incité à acheter en quantité des médicaments et qu'il puisse bénéficier de conseil du pharmacien en toute confidentialité», évoque Isabelle Adenot, sa présidente. delphine bancaud