Contrer la pub pour limiter l'obésité

— 

L'obésité continue à progresser en France, où l'on dénombre 5,9 millions d'obèses --soit 2.347.000 de plus qu'il y a neuf ans-- et même si cette courbe tend à ralentir, ce n'est pas le cas des formes les plus graves, selon une enquête baptisée ObEpi publiée mardi.
L'obésité continue à progresser en France, où l'on dénombre 5,9 millions d'obèses --soit 2.347.000 de plus qu'il y a neuf ans-- et même si cette courbe tend à ralentir, ce n'est pas le cas des formes les plus graves, selon une enquête baptisée ObEpi publiée mardi. — Jean-Charles Sexe AFP/Archives

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir souhaite que les publicités télévisées pour les produits alimentaires trop riches en graisses, sucre ou sel soient proscrites pendant les programmes pour enfants, afin de lutter efficacement contre l'obésité, a-t-elle indiqué mardi.
"Les publicités télévisées pour enfants influent sur les comportements alimentaires des enfants", a souligné lors d'une conférence de presse, Alain Bazot, président d'UFC-Que Choisir, s'appuyant sur une étude réalisée par la société SPAD pour l'association de consommateurs en avril 2006 auprès de 352 enfants et 352 parents.
Selon l'étude, les enfants affichent en majorité leur préférence pour un produit dont la publicité a été faite à la télévision et leur envie de manger ce produit plutôt qu'une marque qui ne fait pas l'objet de publicité. Et les parents se laissent apparemment convaincre, 40% d'entre eux estimant qu'il est "difficile de résister aux réclamations de leur enfant" et 80% avouant "céder à leur enfant".
Or, les produits promus sont "ceux qui devraient être mangés en quantité très raisonnables", a déploré M. Bazot regrettant la "forte exposition des enfants à ces publicités".
"Nous ne pouvons plus admettre le discours de l'industrie agroalimentaire qui a tendance à botter en touche, se dégagent de ses responsabilités" en prônant "plus de sport pour les enfants" ou bien en "culpabilisant les familles qui laissent les enfants regarder la télévision".
Alors que le projet de directive "Télévision sans frontières" s'apprête à élargir la présence publicitaire sur les écrans, l'UFC-Que Choisir a décidé avec les grandes associations de consommateurs européennes de "partir en campagne auprès des parlementaires européens" pour obtenir l'interdiction des publicités pour les produits alimentaires trop riches en graisses, sucre ou sel pendant les programmes pour enfants", a précisé M. Bazot.
L'UFC a rappelé la progression importante de l'obésité en France, avec 12,4% de Français obèses en 2006 et 29,2% en surpoids. Sur ces chiffres, 10 à 12,5% des enfants de 5 à 12 ans sont obèses avec un pic de 19% pour les enfants de 8 ans.