Agression homophobe présumée dans le Pas-de-Calais: non-lieu dans l'enquête

— 

La justice a rendu lundi un non-lieu dans l'enquête sur l'agression présumée de Sébastien Nouchet, un homosexuel qui avait accusé trois personnes de l'avoir brûlé dans son jardin en janvier 2004 à Noeux-les-Mines (Pas-de-Calais), a-t-on appris mardi de source judiciaire.
"Nous n'avons pas pu élucider l'affaire et un non-lieu a donc été rendu", a déclaré à l'AFP Louis Wallon, procureur de la République de Béthune, confirmant des informations parues dans le quotidien régional La Voix du Nord.
"Nous n'avons aucune certitude dans un sens ou dans l'autre, on ne sait pas avec des circonstances probantes ce qui s'est passé", a-t-il ajouté, soulignant que l'agression elle-même n'avait pas été nécessairement inventée par M.Nouchet.
Selon Sébastien Nouchet, trois personnes l'auraient aspergé d'essence avant d'y mettre le feu en janvier 2004 dans son jardin de Noeux-les-Mines, près de Béthune.
Un jeune homme de 21 ans avait été mis en examen en mai 2004 pour cette agression, avant d'être mis hors de cause quelques jours plus tard. M. Wallon a également confirmé que M. Nouchet avait désigné un homme comme l'un de ses agresseurs alors qu'il était incarcéré au moment des faits.
Révélée début février, l'agression de Sébastien Nouchet avait provoqué de vives réactions et des manifestations de soutien à la victime, accélérant notamment l'idée d'une loi contre l'homophobie.