La contrefaçon s'attaque désormais aux aliments

©2006 20 minutes

— 

Des douaniers ont saisi, pour la première fois en France, des contrefaçons de produits alimentaires. Ils ont mis la main, dans le port de Marseille, sur quinze tonnes de bocaux de salade tunisienne, faussement étiquetés aux couleurs de la marque Riad.

Ces salades méchouia ont été saisies dans un conteneur en provenance de Tunisie le 1er septembre, lors de la procédure de dédouanement. Les douaniers avaient remarqué des différences selon les cargaisons : les étiquettes étaient parfois blanches, parfois jaunes et les caractères du texte n'étaient pas les mêmes.

La société tunisienne Sorica, détentrice de la marque, a porté plainte devant le tribunal de grande instance de Marseille pour contrefaçon. Les bocaux vont être détruits. L'enquête devra déterminer qui a produit ces imitations destinées à une entreprise d'import de Marseille. « Cette société n'était pas autorisée à importer ces salades. Elle faisait une concurrence non autorisée à l'importateur officiel, lui aussi basé à Marseille », selon la direction interrégionale des douanes. Les contrevenants risquent des peines de prison et une amende maximale égale à une ou deux fois la valeur de la cargaison, estimée à 240 000 e.

Dans les Bouches-du-Rhône, les contrefaçons concernent en général du textile ou de la maroquinerie, des lunettes ou des cigarettes Marlboro. En 2005, 900 000 articles contrefaits ont été saisis dans ce seul département. La contrefaçon représente 8 à 10 % du commerce mondial, selon le ministère de l'Industrie, et concerne principalement les produits de luxe.