La justice somme la tribu Ka de fermer son site Internet

©2006 20 minutes

— 

Kemi Seba, ex-leader de la tribu Ka, groupuscule extrémiste noir dissout fin juillet, dispose de 48 heures pour fermer son site Internet. Hier, le tribunal de grande instance de Paris en a décidé ainsi, estimant que Kemi Seba avait « excédé les nécessaires limites de la liberté d'expression en stigmatisant les Juifs, présentés comme responsables de la traite des Noirs ».

A la suite de la dissolution par décret le 26 juillet de la tribu Ka, son fondateur, Stellio Capochichi, alias Kemi Seba, avait créé sur le Web un site personnel au contenu fortement antisémite. Choquée, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) avait saisi le juge des référés le 18 septembre. Résultat : si le site n'est pas fermé sous 48 heures, son créateur devra s'acquitter d'une astreinte de 1 500 e par jour de retard. La justice a déjà dû trancher dans ce domaine. Par exemple, les thèses révisionnistes diffusées sur aaargh.fr avaient entraîné la fermeture du site en juin 2005.