Enquête pour tentative d'homicide

©2006 20 minutes

— 

Il aura fallu six jours aux enquêteurs pour remonter la piste. Moins d'une semaine après la violente agression de deux CRS aux Tarterêts (Essonne), la police a mené, hier matin, une opération dans cette cité pour interpeller onze suspects. Sous les objectifs de nombreuses caméras et photographes, 220 policiers sont montés de force dans les étages des tours de la cité où ils ont arrêté les onze personnes dont deux mineurs. Les suspects étaient dans le collimateur des enquêteurs après l'exploitation d'indices retrouvés sur les lieux de l'agression. Le service de l'identité judiciaire de Versailles (Yvelines) avait travaillé à découvrir les auteurs présumés de la double agression, à partir des empreintes et des traces ADN qui avaient été retrouvées sur place sur des reliefs de repas, notamment des boîtes de pizzas. Cela avait permis l'identification de plusieurs personnes déjà connues et fichées par la police.

Les onze suspects sont interrogés dans le cadre d'une enquête préliminaire pour « tentative d'homicide volontaire ». En effet, pour le procureur de la République d'Evry, Jean-François Pascal, « l'acharnement dont les agresseurs ont fait preuve, les coups de pied en pleine figure » reçus par le capitaine des CRS témoignent d'une volonté de tuer. « Nous avons douté de ses chances de survie », a précisé le magistrat.

Des voix se sont élevées hier pour dénoncer un show médiatico-policier. Selon Julien Dray, porte-parole du PS et député de l'Essonne, cette opération « a été surmédiatisée » et « il y a fort à parier qu'elle a eu une efficacité douteuse ». Les magistrats de Bobigny, mis en cause par Sarkozy, avaient répliqué en évoquant des procédures policières mal ficelées. Là, les enquêteurs n'ont pas droit à l'erreur.

David Carzon

Selon le procureur d'Evry, les onze suspects, âgés de « 14 à 27-28 ans », étaient « tous connus des services de police », et ont fait auparavant l'objet de « procédures transmises au parquet », « certains pour des faits de violences sur des policiers ».