La capitale des alpes a les yeux rivés sur l'avenir

Dossier réalisé par Manuel pavard et Chantal Féminier, à Grenoble

— 

Premier quotidien national de France implanté dans 40 villes et touchant 96 % des actifs urbains, 20 Minutes poursuit sa série d'interviews de maires de grandes villes, à un an des élections municipales.

Aujourd'hui : Michel Destot (PS), maire de Grenoble.

En 1995, Michel Destot ramenait Grenoble dans le giron socialiste, après douze ans de droite. Réélu en 2001 et 2008, le physicien de formation a multiplié les réalisations : de la rénovation de nombreux quartiers au lancement de nouvelles lignes de tramway, en passant par la création d'équipements scientifiques et culturels. Si l'édile vante ses réussites en termes d'innovation et de mixité sociale, ses mandats resteront aussi marqués par plusieurs controverses, comme la construction du Stade des Alpes, cause majeure de la rupture avec les écologistes. A un an des municipales, Michel Destot n'a pas encore levé le voile sur son intention de briguer un ultime mandat. Le candidat PS, quel qu'il soit, partira en tout cas favori dans une ville qui confirme à chaque élection son ancrage à gauche. En face, la droite tentera de taire ses habituelles divisions entre pro et anti-Carignon, tandis que les écologistes espèrent jouer les trouble-fêtes dans l'un de leurs bastions nationaux.