L'anneau gastrique est utilisé dans un quart des interventions.
L'anneau gastrique est utilisé dans un quart des interventions. — F. DURAND / SIPA

France

La chirurgie prend du poids

obésité En cinq ans, le nombre d'interventions a doublé en France

En 2006, 15 000 patients ont été opérés en chirurgie bariatrique (qui vise à réduire l'obésité). En 2011, ils étaient 30 000, selon une étude de l'Assurance-maladie, révélée jeudi. Une progression qui s'explique d'abord par l'augmentation du nombre d'obèses en France, qui représentent 15 % de la population adulte (soit 6, 9 millions de personnes). Et 550 000 d'entre eux souffrent d'une obésité dite morbide, c'est-à-dire avec un indice de masse corporelle supérieur ou égal à 40 kg/m2. Lorsque le traitement médical de ces cas d'obésité grave échoue, la chirurgie devient un ultime recours.

Des avancées médicales


La progression des interventions s'explique aussi par l'évolution des techniques chirurgicales. «La pose d'un anneau gastrique, technique de référence en 2006, n'est plus utilisée que dans 25 % des interventions», constate Hubert Allemand, médecin conseil national. Dans 75 % des cas, les chirurgiens utilisent désormais la technique de la sleeve gastrectomie (réduction de l'estomac) ou du by-pass (dérivation de l'intestin). Des techniques plus efficaces pour perdre du poids et qui permettent aussi de réduire le diabète ou l'hypertension des patients. Mais aussi plus lourdes car elles peuvent entraîner davantage de complications post-opératoires et des carences nutritionnelles. Ce qui incite l'Assurance-maladie à plaider pour une hiérarchie des traitements : «Il est préférable de commencer par l'anneau gastrique, qui est réversible, avant de se diriger vers les autres techniques» indique Hubert Allemand.