Le décès programmé du CD

©2006 20 minutes

— 

Le groupe Apple a démarré mardi la vente de films des studios Disney et de ses filiales à télécharger sur son site internet iTunes, et présenté de nouveaux modèles vidéo de son baladeur iPod capables notamment de stocker 100 heures de vidéo, a annoncé mardi son PDG Steve Jobs lors d'une conférence de presse.
Le groupe Apple a démarré mardi la vente de films des studios Disney et de ses filiales à télécharger sur son site internet iTunes, et présenté de nouveaux modèles vidéo de son baladeur iPod capables notamment de stocker 100 heures de vidéo, a annoncé mardi son PDG Steve Jobs lors d'une conférence de presse. — Olivier Stratmann AFP/Archives

La gamelle de la galette. Alors que La Maison des sciences de l'homme organise un colloque sur la mutation des industries culturelles à l'ère du numérique (lire ci-dessous), le marché du disque compact ne parvient pas à faire sa révolution. Les chiffres du premier semestre 2006 ne sont guère encourageants : les ventes de CD baissent plus que prévu (-11 % au lieu de -6 %) et le téléchargement, loin de compenser les pertes des ventes physiques, ne représente que 5 % du marché. Si le CD représente encore 95 % des ventes, tout converge vers sa disparition à terme.

« On sent une accentuation de la stratégie de rationalisation de la distribution dans les rayons, assure Stephan Bourdoiseau, président de l'Union des producteurs français indépendants. La grande distribution a déjà réduit ses linéaires de 20 % et la Fnac s'apprête à faire de même. » Une analyse partagée par Christophe Lameignere, président du Syndicat national de l'édition phonographique et de Sony-BMG, qui se demande que faire quand « la Fnac réduit ses espaces de ventes et que Virgin préfère vendre de la papèterie ». A la Fnac, on estime que « le nombre de références n'a pas baissé », même si l'espace dédié diminue au profit des rayons de téléphones portables et autres baladeurs.

Ces grandes surfaces spécialisées représentent encore près de la moitié des ventes, l'autre partie étant réalisée par les grandes surfaces alimentaires. Mais là aussi, le nombre de rayonnages baisse et, selon les producteurs, les ventes se font sur un nombre limité de titres. Les ventes à prix cassés des fonds de catalogue ont permis de réduire les pertes un temps, mais cette stratégie a son revers. « Il y a une dévalorisation du produit “disque” qui n'a plus de valeur émotionnelle », regrette Christophe Lameignere.

David Carzon

Selon de récentes études, le commerce en ligne progresse de plus en plus en France. Mais désormais, les produits phares sont les vêtements et les voyages. Les ventes de CD ne représenteraient plus que 3 à 5 % du marché du disque, selon certains experts.