Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure" a été confronté pendant près de quatre heures à René Kojfer, ancien chargé des relations publiques du Carlton, par les juges d'instruction chargés de l'affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille.
Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure" a été confronté pendant près de quatre heures à René Kojfer, ancien chargé des relations publiques du Carlton, par les juges d'instruction chargés de l'affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille. — Philippe Huguen afp.com

France

«Dodo la Saumure» arrivé à Lille pour être entendu dans l'affaire du Carlton

Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure", est arrivé ...

Dominique Alderweireld, alias «Dodo la Saumure», est arrivé vendredi après-midi au palais de justice de Lille, où il était convoqué pour une confrontation par les juges d'instruction chargés de l'affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille, a constaté une journaliste de l'AFP.

«Dodo la Saumure», mis en examen le 23 janvier pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans ce dossier, est arrivé peu avant 14H00 à pied, avec son avocat.

M. Alderweireld, exploitant français de bars montants en Belgique, devait être confronté à René Kojfer, ancien chargé des relations publiques du Carlton, mis en examen dans ce dossier pour proxénétisme aggravé, selon une source proche du dossier. Ce dernier s'est également présenté au palais vendredi.

Les deux hommes ont franchi tour à tour l'entrée principale accompagnés de leur avocat respectif, sans faire de déclaration.

Il est reproché à «Dodo la Saumure», ami de longue date de René Kojfer, d'avoir fourni des prostituées à Dominique Strauss-Kahn et à ses amis nordistes mis en cause dans l'affaire dite du Carlton, ce qu'il conteste formellement.

Au total, douze personnes, parmi lesquelles l'ancien patron du FMI, sont mises en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans cette affaire. La dernière est Jean-Luc Vergin, ex-directeur régional Nord du groupe Eiffage et ancien supérieur hiérarchique de David Roquet, un des mis en examen dans le dossier, selon une source proche du dossier.