«Cela va me permettre de toucher du doigt le métier»

— 

«Lorsque j'ai reçu un mail du rectorat de Créteil pour m'inciter à signer un emploi d'avenir professeur, je n'ai pas hésité une seconde», raconte Morgane Prion, 22 ans, en troisième année de licence de lettres à l'université de Paris-Est Créteil (Val-de-Marne).

Un plus pour le concours


«Une aubaine pour moi, ajoute-t-elle, car je souhaite passer le concours de professeur des écoles. Cet emploi va me permettre de toucher du doigt le métier et de conforter mon choix d'orientation. Après avoir passé un entretien au rectorat, j'ai signé mon contrat le 17 janvier. Et j'ai démarré il y a trois semaines dans une école primaire de Valenton (Val-de-Marne), située en zone d'éducation prioritaire. Mes missions actuelles : aider une enseignante à corriger les cahiers et accompagner les élèves en classe, par exemple, pour effectuer un exercice. A terme, je mènerai des petits cours sous l'œil aguerri de ma tutrice. Grâce à cet emploi d'avenir, je n'ai plus besoin de garder des enfants pour joindre les deux bouts. En cumulant ma bourse et ma rémunération, j'arrive à 1 000 € environ. De plus, ce travail est totalement compatible avec mes études. Je pense que cette expérience constituera un plus lorsque je passerai mon concours, car je pourrai faire valoir ma connaissance du terrain.» Propos recueillis par d. B.