GDF : confusion après l'accord

©2006 20 minutes

— 

La polémique politique continue de faire rage. Le premier secrétaire du PS, François Hollande, a déclaré hier qu'il était « essentiel » que le gouvernement n'engage pas sa responsabilité (avec l'article 49.3) sur le vote de la fusion GDF-Suez. Il justifie ainsi l'accord passé avec le gouvernement pour boucler l'examen du texte sans recours au 49.3 et entend placer « chaque député de la majorité devant ses responsabilités ». Les opposants les plus farouches à la fusion protestent, Laurent Fabius et les députés communistes en tête. Le ministre des Finances estime, lui, qu'il y aura « une très grande », voire une « écrasante majorité » pour voter le projet. Sur le fond du dossier, Suez et GDF devaient transmettre hier soir à la Commission européenne leurs propositions pour répondre aux problèmes de concurrence. Bruxelles rendra son verdict le 17 novembre.