Les changements aussi se font à grande vitesse

©2006 20 minutes

— 

Décidé en mars 1974 par Georges Pompidou, le premier TGV, lancé à 260 km/h sur 417 km de ligne nouvelle entre Paris et Lyon, a été inauguré le 22 septembre 1981 par le président François Mitterrand en compagnie de Charles Fiterman, alors ministre des Transports, après 15 ans d'études, de négociations et de travaux. Cinq jours après, il était mis en service commercial.
Décidé en mars 1974 par Georges Pompidou, le premier TGV, lancé à 260 km/h sur 417 km de ligne nouvelle entre Paris et Lyon, a été inauguré le 22 septembre 1981 par le président François Mitterrand en compagnie de Charles Fiterman, alors ministre des Transports, après 15 ans d'études, de négociations et de travaux. Cinq jours après, il était mis en service commercial. — AFP/Arch.

Un second souffle pour la SNCF, des mutations régionales accélérées, des habitudes de voyage bouleversés... En vingt-cinq ans, le TGV a changé le visage de la France et des Français. Décidés par Georges Pompidou en 1974 et lancés sur la ligne Paris-Lyon le 22 septembre 1981, les trains à grande vitesse ont ensuite fait route vers la façade atlantique en 1990, le Nord en 1995 et la Méditerranée en 2001.

Le TGV a d'abord été créé pour permettre à la SNCF de faire face à la concurrence de la route et de l'avion. « La SNCF n'existerait plus s'il n'y avait pas la grande vitesse », a souvent affirmé Louis Gallois, son ancien patron. Par sa rapidité, qui fait désormais calculer les voyages en heures et non en kilomètres, le TGV a tordu en quelque sorte la carte de France en rapprochant les grandes villes, réveillé certaines agglomérations grâce à son impact sur l'économie. Et laissé de côté certaines autres où le désenclavement se fait d'autant plus sentir, créant une France ferroviaire à deux vitesses (lire p. 7). L'impact sur les habitudes des voyageurs n'est pas anecdotique. Si le TGV a transporté depuis ses débuts 1,2 milliard de passagers, ils sont 65 000 salariés à s'en servir tous les jours comme d'une navette pour venir de villes situées désormais à moins d'une heure de leur lieu de travail. Ce qui a provoqué une flambée des prix de l'immobilier à Lille ou à Tours, et même jusqu'à Marseille, dorénavant à trois heures de Paris. Et l'arrivée du TGV-Est va entraîner le même phénomène à Reims ou à Strasbourg.

D. C.

les chiffres 100 millions de voyageurs ont été transportés en France et en Europe en 2005. 650 TGV circulent tous les jours en France. 250 gares desservies. 260 km/h La vitesse du premier TGV. 320 km/h La vitesse du futur TGV-Est. 50 % de parts de marché du train sur les destinations à moins de trois heures de trajet. 23 milliards d'euros d'investissements en infrastructures et en matériels en vingt-cinq ans.