La bataille de Valmy version FN

©2006 20 minutes

— 

En s'appropriant le site de Valmy, haut lieu de la Révolution française, pour lancer sa campagne présidentielle, Jean-Marie Le Pen a provoqué une bataille de symboles. D'un côté, le président du Front national, qui a annoncé devant une centaine de sympathisants un « nouveau Valmy » pour l'élection présidentielle de 2007, dans laquelle il se voit en sauveur de la France face au « libéralisme mondialisé » ou à l'« immigration sauvage ». De l'autre, l'Association de prévention pour une meilleure citoyenneté chez les jeunes, qui n'a pas pu organiser sa célébration de l'anniversaire de la bataille de Valmy en raison de la visite de Le Pen, mais qui est venue sur place, elle aussi avec des drapeaux tricolores.

Devant les nombreuses caméras, Marine Le Pen, à qui revient l'idée de ce pèlerinage, a répété que « le FN a été mis au ban de la République de manière illégitime ». Lors de son discours, son père a vilipendé les favoris des sondages pour la présidentielle, ciblant la socialiste Ségolène Royal, qui propose « le féminin pour tout changement », et Nicolas Sarkozy, qui « incarne la rupture dans le ton seulement ».