Jean-Marc Ayrault : «Il faut créer un nouvel espoir»

©2006 20 minutes

— 

Jean-Marc Ayrault, députe-maire PS de Nantes, a condamné vendredi, auprès de l'AFP, les propos insultants tenus envers la police dans le clip d'un groupe de rap nantais qui avait bénéficié d'une subvention municipale.
Jean-Marc Ayrault, députe-maire PS de Nantes, a condamné vendredi, auprès de l'AFP, les propos insultants tenus envers la police dans le clip d'un groupe de rap nantais qui avait bénéficié d'une subvention municipale. — Fred Dufour AFP

Interview de Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l'Assemblée et maire de Nantes.

Il y a un an, aux journées parlementaires de Nevers, Ségolène Royal avait créé l'émoi en évoquant sa possible candidature en 2007...

Nous sommes dans un autre contexte. J'espère que les journées parlementaires de Nantes se dérouleront dans un climat apaisé où les prétendants à l'investiture montreront qu'ils sont capables de travailler en collectif.

Pourquoi ne dites-vous pas clairement que vous soutenez Ségolène Royal ?

Je m'exprimerai après le dépôt des candidatures le 3 octobre. Et je prendrai toutes mes responsabilités. Je souhaite que la gauche gagne en 2007, dans l'intérêt du pays. Il faut tourner la page des années Chirac et empêcher Nicolas Sarkozy, un Chirac en pire, d'arriver à la tête de l'Etat.

Jospin ne semble pas avoir entendu votre appel à la loyauté...

Moi, j'ai toujours été loyal avec Lionel Jospin. Maintenant, c'est à lui de décider. La France s'engage dans un nouveau cycle. Moi, je pense qu'il faut créer un nouvel élan, un nouvel espoir.

On parle de vous comme Premier ministre en cas de victoire de Royal en 2007...

Je n'en suis pas à la distribution des places. Cela fait dix ans que je préside le groupe socialiste à l'Assemblée. On a toujours mené bataille ensemble, il faut continuer. Après, on verra bien.

Y a-t-il selon vous trop de prétendants à l'investiture ?

Ce qui est sûr, c'est que le 16 novembre, ou le 23 s'il y a un second tour, il n'y en aura plus qu'une ou qu'un. Si tel candidat ou telle candidate se présente, il ou elle doit avant tout se demander s'il est capable de rassembler le parti puis la gauche, car en 2007, il faudra créer une nouvelle dynamique. Il y a beaucoup de talents au Parti socialiste. Personnellement, je trouve que l'image du débat de haute tenue qui s'est déroulé samedi à Lens, ça avait de la gueule.

Recueilli par Bastien Bonnefous