La pilule Diane 35 chassée des ordonnances

— 

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé mercredi l'interdiction dans trois mois de la pilule Diane 35 et de ses génériques en raison de risques de thromboses et d'embolies pulmonaires liés à sa prise. Durant cette période de trois mois, les 315 000 femmes qui prennent ce médicament ne doivent pas interrompre la prise et sont invitées à consulter leurs médecins qui, de leur côté, ne doivent plus la prescrire depuis mercredi. « Après, toute prescription sera interdite » et les lots retirés de toutes les pharmacies, a indiqué Dominique Maraninchi, directeur général de l'ANSM.

L'organisme a aussi annoncé une procédure d'arbitrage au niveau européen pour retirer les autorisations de mise sur le marché de Diane 35 dans toute l'Union européenne, ce médicament étant autorisé dans la plupart des Etats membres. Quatre décès, depuis 1987, sont imputables à Diane 35.