Premières auditions de « l'Elephant Academy » à Lens

©2006 20 minutes

— 

Rien de mieux qu'un stade pour un match. Demain, tous les candidats déclarés ou putatifs à l'investiture se retrouveront dans la halle Pierre-de-Coubertin du complexe d'athlétisme de Lens. Après les rencontres avec les jeunes du MJS à La Rochelle fin août, ils passeront un grand oral devant les « adultes », comme l'explique Jean-Paul Pelinski, secrétaire général de la fédération du Pas-de-Calais, à l'origine du raout.

Tous seront présents : Fabius, DSK, Lang, Aubry, Jospin, Hollande... et même Royal qui avait brillé par son absence à La Rochelle. Chacun aura une trentaine de minutes pour s'exprimer – Ségolène parlera en premier, Hollande en dernier – et répondre, s'il le désire, aux questions des militants. Pour éviter tout dérapage, celles-ci seront posées par écrit et triées par les organisateurs. Pas question donc de transformer l'exercice en meeting anti-Royal, plus sûr moyen de torpiller l'organisation de futurs débats contradictoires souhaités par tous les concurrents de la favorite des sondages.

D'ordinaire, les « chantiers du Pas-de-Calais », nom de l'université de rentrée de la puissante fédération, se déclinent autour d'ateliers. Cette année, le premier secrétaire Serge Janquin a décidé de changer le concept en prévision de 2007. Et sans prendre officiellement parti. « Le Pas-de-Calais a un candidat naturel, notre député Jack Lang, mais nous avons toujours dit que nous attendrons le dépôt officiel des candidatures pour nous prononcer », explique, prudent, Jean-Paul Pelinski.

B. B.