Au secours des mal-logés

delphine bancaud

— 

Ces associations avaient déjà manifesté, pont des Arts à Paris, le 5 décembre.
Ces associations avaient déjà manifesté, pont des Arts à Paris, le 5 décembre. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Un dernier coup de pression avant les décisions. Ce jeudi, trente-trois associations d'aide aux plus démunis organisent une conférence de presse pour demander au gouvernement des mesures plus ambitieuses sur le logement, alors que le Premier ministre détaillera le plan quinquennal de lutte contre la pauvreté lundi.

« Utiliser tous les leviers »


Lors de la Conférence nationale de lutte contre la pauvreté de décembre, le gouvernement avait déjà annoncé la création en 2013 de 4 000 places en centre d'accueil de demandeurs d'asile et 4 000 places d'hébergement d'urgence. «Une première réponse, mais qui ne suffit pas face à la situation des 3, 5 millions de personnes mal-logées en France et aux 150 000 SDF», explique Christophe Robert, porte-parole du collectif. Une urgence encore soulignée dans le dernier baromètre du 115 publié lundi, relatant que 50 % des demandes d'hébergement d'urgence n'étaient pas satisfaites en décembre. «Nous demandons au gouvernement d'engager des moyens financiers sur le logement sur cinq ans et d'activer la mise en œuvre des diagnostics territoriaux pour connaître toutes les situations de mal-logement en France, afin de pouvoir intervenir ensuite en fonction des besoins», explique Christophe Robert. «Nous espérons aussi de nouvelles mesures pour prévenir des expulsions et des solutions pour la sortie de l'hiver. Sans oublier la revalorisation des aides au logement, la réorientation des logements sociaux vers le»très social«… Il faut utiliser tous les leviers.» ■