Une armée mexicaine à la direction

— 

Jean-François Copé entouré 
de ses soutiens, mardi à Paris.
Jean-François Copé entouré de ses soutiens, mardi à Paris. — CHESNOT / SIPA

Après être passé tout près de l'explosion à la fin 2012, l'UMP s'est remise en ordre de marche. Conformément à l'accord de sortie entre François Fillon et Jean-François Copé, le groupe dissident R-UMP a été dissous mardi à l'Assemblée et Copé, président de fait de l'UMP, a présenté la nouvelle direction «partagée». Le député-maire de Meaux a annoncé qu'il coprésiderait avec Fillon la commission d'investiture du parti, un poste clé en vue des municipales de 2014. Autre fonction importante partagée par les rivaux : la présidence de la commission chargée de réécrire les statuts du parti. Pour le reste, c'est une armée mexicaine qui a été nommée, notamment à la vice-présidence, assumée par des pro-Copé – Luc Chatel, Jean-Claude Gaudin, Brice Hortefeux et Roger Karoutchi – et des pro-Fillon – Laurent Wauquiez et Christian Estrosi. Deux femmes occuperont le poste de secrétaire générale : Michèle Tabarot (pro-Copé) et Valérie Pécresse (pro-Fillon). «Je veux dire combien je souhaite l'esprit le plus collégial» pour cette équipe, a déclaré Copé. ■ Maud Pierron