Sup de Co fait la chasse aux fautes

— 

«Certains élèves font trop de fautes d'orthographe», confie Charlotte Reboud, intervenante à Sup de Co Business School. L'établissement montpelliérain a pris le taureau par les cornes en étant la première école du top 15 français à imposer à 555 de ses élèves le passage de la certification Voltaire, un examen orthographique et grammatical. «Nous brisons un tabou, reprend l'enseignante et responsable de la remise à niveau. Le score obtenu est en train d'acquérir une vraie reconnaissance.» Après les Master en décembre, c'était mardi au tour des 105 Bachelor (post-baccalauréat) de plancher sur l'épreuve de trois heures et quart, composée d'une dictée et de questions. Trop de fautes dans un courrier semble être en effet un facteur rédhibitoire pour les chefs d'entreprises. «On retrouve dans la maîtrise de l'orthographe d'un candidat un niveau d'engagement qui correspond à ce que l'on attend dans le monde de l'entreprise», confie Stéphane Reboud, le directeur PME/PMI de Dell, qui emploie 950 personnes à Montpellier. Selon une étude du cabinet Robert Half (2012), 82 % des recruteurs estiment qu'un CV doit être bien orthographié pour être recevable. La faute à Voltaire ? ■

à montpellier, Nicolas Bonzom