L'hommage à Maurice Audin

— 

Jeudi matin, après son discours devant les parlementaires algériens, François Hollande se rendra sur la place Maurice Audin, devant la plaque commémorative en l'honneur de ce militant communiste français disparu en 1957. «Toutes les informations devront être communiquées dans la transparence», a expliqué François Hollande. Arrêté le 11 juin 1957 par l'armée française, Maurice Audin, coupable d'avoir hébergé un indépendantiste algérien, disparaît quelques jours plus tard. Il s'est officiellement échappé lors d'un transfert en jeep. Son entourage et des historiens démontrent que cette thèse est intenable. Selon eux, ce militant a été torturé à mort en pleine bataille d'Alger. L'Elysée veut faire de ce cas une illustration des nouvelles relations entre la France et l'Algérie. Mercredi, Hollande a ainsi rappelé «l'importance de la vérité sur la colonisation, sur la guerre, sur les mémoires blessées». Début février, le ministre de la Défense doit recevoir la veuve de Maurice Audin «afin de [lui] remettre en mains propres l'ensemble des archives sur la disparition de [son] mari». Un premier pas pour cette famille qui les réclamait en vain à Nicolas Sarkozy. ■ M. GO.