Le tableau noir de la prof d'Etampes

©2006 20 minutes

— 

Doublement blessée. Karen Montet-Toutain, professeur d'arts plastiques au lycée professionnel Louis-Blériot d'Etampes (Essonne), se remet difficilement de son agression, survenue le 16 décembre 2005, en plein cours, par un élève âgé de 18 ans. Elle avait alors reçu trois coups de couteau, et après une journée et demie de cavale, son agresseur avait avoué. Mis en examen pour tentative d'assassinat, il devrait être jugé en 2007.

A l'époque, cette agression avait provoqué une vive émotion au sein du corps enseignant, d'autant que l'enseignante avait alerté sa hiérarchie à plusieurs reprises du climat de violence qui régnait dans son lycée. Une enquête administrative, diligentée après le drame, a établi qu'il n'y a pas eu de dysfonctionnement. Dans une interview exclusive à 20 Minutes, Karen Montet-Toutain fait part de sa « déception » face à l'attitude de l'Education nationale en cette rentrée. Hier, le ministre Gilles de Robien s'est justement rendu au lycée Louis-Blériot pour présenter « un plan national de lutte contre les violences en milieu scolaire ». L'an passé, 82 000 actes de violence ont été recensés, soit une hausse de 0,5 %. Pour seule réponse, le ministre a délivré un « guide » à l'intention des enseignants pour « réagir » face aux violences de certains élèves.

Bastien Bonnefous