Les partis pris politiques des people

©2006 20 minutes

— 

"Je veux vous redonner l'envie d'avoir envie", a-t-il lancé, citant Johnny Hallyday, qui a assisté au premier rang à son discours. A son arrivée dans la salle au son de "l'envie", Nicolas Sarkozy avait donné une accolade au chanteur.
"Je veux vous redonner l'envie d'avoir envie", a-t-il lancé, citant Johnny Hallyday, qui a assisté au premier rang à son discours. A son arrivée dans la salle au son de "l'envie", Nicolas Sarkozy avait donné une accolade au chanteur. — Dominique Faget AFP

Signe des temps, Lilian Thuram et Patrick Vieira ont adressé hier soixante-dix invitations aux occupants sans papiers du gymnase de Cachan, pour assister au match France-Italie de ce soir. A huit mois de la présidentielle, à droite comme à gauche, des personnalités soutiennent depuis plusieurs semaines ouvertement candidats, causes ou partis. Après avoir encarté Johnny Hallyday et sa famille, le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, a sorti de sa poche Doc Gyneco, ce week-end à Marseille. A gauche, les soutiens aux sans-papiers se multiplient, avec notamment Bénabar ou Josiane Balasko.

Vincent Tiberj, politologue, rappelle que « ces tentatives de profiter de la notoriété des autres sont anciennes ». Elles sont réactivées à chaque présidentielle, mais « leur efficacité n'est pas encore prouvée ». Lionel Jospin avait en 2002 un comité de soutien de personnalités, qui n'avait pas fait la différence, tandis que François Mitterrand avait profité pour sa réélection du slogan du chanteur Renaud : « Tonton, laisse pas béton. » Les campagnes pour les causes restées dans l'ombre semblent plus efficaces. La mise en lumière fonctionne mieux avec ce qui est nouveau et méconnu. Vincent Tiberj estime ainsi que sans la présence de Joey Starr, la campagne du collectif Devoirs de mémoires sur les discriminations n'aurait pas eu un écho aussi important. L'efficacité en meeting est avérée mais, selon Vincent Tiberj, « seules les personnes déjà convaincues assistent aux meetings ».

Unique certitude, le passage progressif de la sphère intellectuelle au show-biz s'est confirmé au fil des années. Il n'est pas pour autant un gage de fidélité pour les politiques : l'animateur Pascal Sevran se félicite d'être passé du mitterrandisme au sarkozysme.

Arnaud Sagnard

Le soutien inattendu de Doc Gyneco à l'UMP sème la zizanie chez les rappeurs. Selon Libération, Stomy Bugsy, son ancien comparse du groupe Ministère Amer, estime que « Gyneco a vendu son âme au diable, il descend très bas ».