Le management par le harcèlement

©2006 20 minutes

— 

L'économie danoise, une des plus florissantes d'Europe, est certes suffisamment solide pour résister au boycott de ses produits dans les pays arabes, provoqué par l'affaire des caricatures de Mahomet, mais nombre d'entreprises en souffrent et tentent de le contourner.
L'économie danoise, une des plus florissantes d'Europe, est certes suffisamment solide pour résister au boycott de ses produits dans les pays arabes, provoqué par l'affaire des caricatures de Mahomet, mais nombre d'entreprises en souffrent et tentent de le contourner. — Mohammed Mahjoub AFP/Archives

La peste ou le choléra. « Aujourd'hui, notre travail nous rend malade, et ne pas en avoir, aussi. » C'est le constat fait par Dorothée Ramaut, médecin du travail dans une enseigne de la grande distribution, dans son livre qui sort jeudi (lire ci-dessous). Un témoignage édifiant sur les méthodes de gestion du personnel qui ressemblent à du harcèlement moral. Les pressions sont telles que Dorothée Ramaut est un pseudonyme et que la jeune femme a préféré taire le nom de l'enseigne en question.

Pourtant, le problème des violences subies par les salariés est de moins en moins tabou en France. Au printemps, un ancien vigile de Carrefour a sorti un livre coup-de-poing (lire encadré), et un documentaire, Ils ne mouraient pas, mais tous étaient frappés..., a dévoilé la réalité des consultations hospitalières de « souffrance au travail ». « Le nombre de pathologies liées au travail n'a pas forcément augmenté, mais elles se sont modifiées, estime Marie Pezé, psychanalyste, qui dirige une consultation à Nanterre (Hauts-de-Seine). Cela va des pathologies de surcharge physique à celles de surcharge mentale avec des dépressions brutales. » Marie Pezé a lu le témoignage de Dorothée Ramaut. « Le problème, c'est que la médecine du travail est considérée comme une contrainte de la part des salariés et des employeurs, analyse-t-elle. Ce que raconte Dorothée Ramaut est typique des nouvelles organisations du travail qui sont expliquées dans les livres de management d'entreprise. Des méthodes utilisées d'abord dans les banques et la grande distribution, mais qui se diffusent aujourd'hui. » On estime qu'un arrêt de travail sur cinq est lié à des problèmes de harcèlement. Et cela coûterait entre 45 et 70 milliards d'euros par an.

David Carzon

Régis Sérange, ancien agent de sécurité, raconte dans Flic de supermarché (Editeur Jean-Claude Gawsewitch) comment on lui a demandé d'espionner 150 employés de Carrefour en vue de leur licenciement.