Affaire Mahé: «La France devrait décorer» les militaires, lance un témoin

JUSTICE Ce mardi se déroulait le deuxième jour du procès des militaires soupçonnés d'avoir tué l'Ivoirien Firmin Mahé...

avec AFP

— 

Plutôt que de les juger, "la France devrait les décorer!", a lancé mardi une ancienne adjointe au maire d'une localité de Côte d'Ivoire au procès des militaires accusés du meurtre de Firmin Mahé, sous les cris de "menteuse!" venant des Ivoiriens présents dans le public.
Plutôt que de les juger, "la France devrait les décorer!", a lancé mardi une ancienne adjointe au maire d'une localité de Côte d'Ivoire au procès des militaires accusés du meurtre de Firmin Mahé, sous les cris de "menteuse!" venant des Ivoiriens présents dans le public. — Kenzo Tribouillard afp.com

Plutôt que de les juger, «la France devrait les décorer!», a lancé mardi une ancienne adjointe au maire d'une localité de Côte d'Ivoire au procès des militaires accusés du meurtre de Firmin Mahé, sous les cris de «menteuse!» venant des Ivoiriens présents dans le public.

Adèle Dito, 67 ans, citée comme témoin, est arrivée dans la salle d'audience en s'appuyant sur une canne et s'est assise à la barre, mais sa voix n'a pas faibli.

«Mahé avait un groupe qui terrorisait la population», a-t-elle affirmé, ajoutant qu'en tant que troisième adjointe au maire de Bangolo (ouest de la Côte d'Ivoire), elle avait travaillé «en étroite collaboration» avec les éléments de la force française Licorne déployés dans la «zone de confiance».

Au premier rang de ses interlocuteurs, l'adjudant-chef Guy Raugel, qui commandait le peloton basé à Bangolo et a reconnu avoir étouffé Firmin Mahé, sur ordre, avec un sac en plastique alors qu'il le transportait vers la ville voisine de Man dans un véhicule blindé, le 13 mai 2005.

Mme Dito se perd un peu dans les dates, mais elle se rappelle très bien avoir accompagné l'adjudant-chef dans le village natal de Mahé, afin de demander à la population de récupérer son corps.

Le «président des jeunes», puis le chef du village, ont refusé d'aller chercher la dépouille de Mahé Firmin parce qu'il «n'avait pas posé de bons actes, il avait souillé le nom du village», a-t-elle affirmé.

Les quatre militaires jugés pour le meurtre de Mahé ont affirmé leur conviction qu'il était un chef de bande de «coupeurs de route», ce que conteste fermement la famille de la victime, et qu'après sa mort, les exactions avaient cessé.

De fait, «il y a eu un temps mort» après son décès, a déclaré Adèle Dito, mais «sa bande existait bien et ne s'était que retirée en brousse». Après, ils ont recommencé.

L'ancienne adjointe au maire a dit qu'elle avait été menacée après avoir témoigné en faveur des militaires français. Elle vit en France depuis 2006.

Dans la salle, les Ivoiriens présents ont vivement réagi à ses propos, l'accusant d'avoir acheté avec des mensonges sa nationalité française. Elle est sortie par une porte latérale, sous la protection des gendarmes.

Avant elle, un ancien officier de la force Licorne, Gilles Neviaski, qui avait dénoncé les faits auprès de l'inspection militaire environ cinq mois après la mort de Mahé, avait en revanche accablé les accusés.

«Le fait de ramasser des cadavres (comme l'avait fait l'adjudant-chef Raugel) peut modifier le psychisme d'un homme, mais cela n'autorise pas à faire n'importe quoi», a estimé l'ancien lieutenant-colonel, qui était l'adjoint du colonel Burgaud, le plus gradé des accusés.

Le témoignage très attendu du général Henri Poncet, qui commandait la force Licorne en 2005, était prévu mardi après-midi. Eric Burgaud dit avoir tenu de lui l'ordre implicite de tuer Firmin Mahé, ce que le général a toujours nié.

L'ancienne ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie était également attendue comme témoin en fin d'après-midi.

En début d'audience, la cour avait déclaré recevables les constitutions de partie civile déposées par trois proches de la victime, dont son ancienne compagne, et qui, lundi, n'avaient pas reconnu Firmin Mahé sur une photo prise par les militaires peu avant sa mort.