Enquête après la mort de l'ourse Palouma

©2006 20 minutes

— 

L'autopsie de l'ourse slovène Palouma sera pratiquée aujourd'hui à Toulouse. Dans l'attente des résultats, la thèse d'une chute accidentelle est privilégiée. Palouma, 4 ans, était le premier des cinq plantigrades réintroduits dans les Pyrénées depuis le mois d'avril. Son corps a été repéré vendredi soir par des randonneurs, en contrebas d'une barre rocheuse des Hautes-Pyrénées.

Le cadavre présente une fracture ouverte au fémur, de multiples autres fractures et des griffes abîmées. Aucun impact suspect n'a été repéré. « Nous ne savons pas si sa mort remonte à plusieurs jours ou à une semaine. Ni si elle est naturelle ou résulte d'un acte de malveillance », a indiqué Frédéric Decaluwé, ingénieur adjoint de l'équipe ours. Deux associations pro-ours ont demandé samedi que « la décision de remplacer cet animal soit prise le plus rapidement possible ». Les opposants, eux, pointent du doigt « l'inadaptation des ours slovènes aux hauteurs pyrénéennes ».

A Toulouse, Hélène Ménal