Le scénario du meurtre en mer dévoilé

©2006 20 minutes

— 

Les enquêteurs ont établi comment le propriétaire du trimaran Intermezzo, qui a fait naufrage au large du Portugal la semaine dernière, a été tué. La Française accusée de meurtre a, selon des sources policières citées par la presse portugaise, approché le retraité âgé de 67 ans, trois ou quatre jours avant la sortie en mer fatidique. Elle était « plusieurs fois » montée à bord et avait dîné avec la victime. C'est seulement après avoir établi « une certaine intimité » avec lui qu'elle lui aurait présenté comme son frère l'homme inculpé aujourd'hui de meurtre. Elle aurait alors proposé à la victime d'effectuer une croisière. Les enquêteurs ont trouvé dans l'épave du voilier des sacs à dos et un téléphone portable qui leur a permis de reconstituer les emplois du temps et les contacts établis.

André Le Floc'h a été tué près de la côte, les suspects voulant selon les enquêteurs lui extorquer de l'argent ou voler le trimaran, et se débarrasser de lui en haute mer. Ils « savaient ce qu'ils faisaient » et « avaient tout prévu » sauf le naufrage.

L'affaire a connu un nouveau rebondissement avec le témoignage du pilote d'un bateau taxi ayant conduit les deux suspects à bord. Il indique avoir vu deux autres femmes sur le navire mais il pourrait s'agir des propriétaires d'un autre yacht se trouvant près de l'Intermezzo. « Ce ne sont pas des suspects et leurs témoignages ont été très importants pour l'enquête », a affirmé une source de la Marine nationale au quotidien Correio da Manhã. Les accusés, eux, maintiennent leur version. Ils disent avoir attaché le skipper après que ce dernier a agressé sexuellement la femme à bord et parlent d'accusations « ridicules ».

A. S.

La mère de la femme inculpée de meurtre a confirmé que l'autre accusé n'est pas son fils. Dans un premier temps, le couple s'était présenté comme frère et soeur, puis comme frère et soeur adoptifs.