Médecins: La visite à domicile coûtera 31 euros dès le 15 octobre

— 

La visite à domicile des médecins libéraux va passer de 30 à 31 euros le 15 octobre, aux termes d'un protocole d'accord conclu jeudi entre l'Assurance maladie et trois syndicats de médecins, a annoncé jeudi le directeur de l'assurance maladie Frédéric van Roekeghem.
"Nous avons décidé de revaloriser le montant de la visite à domicile à partir du 15 octobre pour les généralistes et les spécialistes", a annoncé M. van Roekeghem, qui a chiffré à "36 millions d'euros en année pleine" le coût pour l'assurance maladie de cette revalorisation.
En année pleine, il y a environ 40 millions de visites de généralistes à domicile et 190.000 de spécialistes, selon les négociateurs.
"Il s'agit d'un effort important pour l'assurance maladie qui montre notre volonté de maintenir de bonnes relations conventionnelles" avec les syndicats de médecins libéraux, a ajouté M. van Roekeghem.
Il a indiqué qu'"en contrepartie, nous attendons une baisse des visites médicalement injustifiées". Selon lui, le nombre de ces visites "a déjà baissé, mais il existe toujours de fortes disparités régionales" et il reste élevé en Alsace et en Aquitaine.
La visite à domicile avait été revalorisée de 22 à 30 euros le 1er octobre 2002, a indiqué l'assurance maladie à l'AFP.
Le président de la CSMF, premier syndicat de médecins libéraux, Michel Chassang, a estimé que "cette hausse de la visite à domicile n'est qu'un alignement sur les tarifs des consultations des généralistes" qui ont été revalorisées d'un euro (à 21 euros) au 1er août.
M. Chassang a en revanche déploré que les partenaires conventionnels n'aient pas été "en mesure de conclure de façon formelle sur d'autres questions tarifaires".
"Nous ne connaissons pas encore le montant de l'enveloppe que va proposer le gouvernement pour la médecine libérale en 2007 et c'est de cette enveloppe dont dépendent nos marges de manoeuvre pour poursuivre nos négociations".
M. Chassang a redit que "si le taux de progression des dépenses était bien fixé à 0,7% comme nous le subodorons, aucune avancée tarifaire ne serait possible dans l'année qui va s'ouvrir".
Il a adressé "un avertissement solennel au gouvernement afin qu'il donne des marges aux médecins et à l'assurance maladie et a menacé "d'actions ciblées" si l'enveloppe des progression des dépenses était bel et bien fixée à 0,7%.
Interrogé sur la revendication des médecins de voir porter le montant de la consultation à 23 euros en 2007, M. van Roekeghem a indiqué qu'"il fallait attendre la fixation de l'enveloppe au sein du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2007 qui va être voté par le Parlement".
"Toutes les demandes des médecins ne sont pas finançables dans un contexte de redressement des comptes", a-t-il dit.
Les partenaires doivent se revoir en septembre, à une date non encore fixée, pour poursuivre leurs discussions.