Les sept idées capitales du candidat Fabius

©2006 20 minutes

— 

Place aux idées. A la veille de l'université d'été du PS de La Rochelle, Laurent Fabius, candidat à l'investiture socialiste, a présenté hier ses « sept engagements pour 2007 ». Avec un credo : « Engager une politique alternative aux dérives libérales », et « éviter la facilité médiatique » des « propos généraux ». Et pan pour Ségolène Royal !

Au menu gauchisant de Fabius, la mesure la plus parlante est la hausse « immédiate » du smic de 100 e. Le héraut du « non » au référendum européen annonce aussi la suppression des « avantages fiscaux » liés aux stock-options. Ils resteraient réservés aux seules entreprises nouvellement créées. Quant aux entreprises de plus de 500 salariés, finies les exonérations de cotisations sociales. L'argent économisé serait affecté aux emplois- jeunes, à la recherche et aux petites entreprises.

« Che » Fabius promet aussi l'abrogation du CNE, la renationalisation complète d'EDF, et 120 000 nouveaux logements sociaux locatifs chaque année. Autre grand chantier : l'environnement. Le développement durable doit devenir « une priorité dans tous les domaines publics ». Résultat, son ministre sera le nº 2 du futur gouvernement. Les essais OGM en plein champ seront interdits et le ferroutage relancé. Enfin, une « nouvelle République parlementaire » verra le jour, avec révision constitutionnelle soumise à référendum « dès septembre 2007 ». Elle donnera naissance, entre autres, au droit de vote des étrangers aux élections locales, à la parité gouvernementale et à la responsabilité pénale du chef de l'Etat.

Emploi, environnement, institutions : Laurent Fabius a livré hier son programme, trois jours après celui de Ségolène Royal à Frangy-en-Bresse. La bataille des promesses ne fait que commencer.

Bastien Bonnefous