Un été chaud pour le tourisme

— 

Les émeutes en banlieue avaient fait partir les touristes, la Coupe du monde de football les a fait revenir. Les Européens, qui avaient depuis 2002 délaissé la France pour des destinations moins
chères, sont revenus en force cet été, contribuant à sauver une saison en demi-teintes. L’hôtellerie a enregistré en juillet une hausse des fréquentations
de 1,2 % par rapport à l’an dernier. La fréquentation
totale du secteur marchand (hôtels, campings,
résidences…) est, elle, en augmentation de 3% sur la
période 1er juillet-15 août. Les Européens constituent
le gros du bataillon des touristes, avec 90% des arrivées. Depuis quelques années, ils avaient préféré à l’Hexagone la Croatie, la Grèce et les pays du Maghreb. De juillet à août, les plus fortes hausses
de fréquentation constatées viennent des Espagnols
(+ 60 %), des Néerlandais (+ 15 %) et des Britanniques (+ 5 %), alors que les Allemands
ont fait, eux, un retour plus discret (+ 3 %). Hors Europe, les touristes chinois sont arrivés enmasse
(+ 20%). La clientèle en provenance des pays d’Asie et d’Océanie a augmenté de 8 % sur les sept premiers
mois de l’année. Les visiteurs russes et indiens ont suivi, avec8%de hausse. La plupart de ces étrangers,
adeptes du tourisme urbain, contribuent à la hausse de la fréquentation des grandes agglomérations.
A Marseille, pour la première fois cet été, les touristes étrangers ont été plus nombreux que les Français.
A Bordeaux, ils représentaient la moitié des visiteurs,
et à Nantes, ils étaient 20%plus nombreux que l’an
passé. A Paris, 85%des visiteurs de la tour Eiffel et 75% de ceux de la tour Montparnasse étaient étrangers. Le nombre d’hébergements du secteur marchand a par ailleurs fortement progressé
sur le littoral atlantique (+ 5 %), alors qu’il reculait
de 3,5% à la campagne et en montagne.