Sud-Ouest: de violents vents d'autan privent 50.000 foyers d'électricité

© 2012 AFP

— 

Environ 50.000 foyers du Sud-Ouest se sont réveillés sans électricité vendredi à cause d'un épisode rare et prolongé de vents soufflant à plus de 100 km/h qui ont provoqué des chutes d'arbres et de branches sur les lignes, a indiqué un porte-parole d'ERDF.
Environ 50.000 foyers du Sud-Ouest se sont réveillés sans électricité vendredi à cause d'un épisode rare et prolongé de vents soufflant à plus de 100 km/h qui ont provoqué des chutes d'arbres et de branches sur les lignes, a indiqué un porte-parole d'ERDF. — Remy Gabalda afp.com

Environ 50.000 foyers du Sud-Ouest se sont réveillés sans électricité vendredi à cause d'un épisode rare et prolongé de vents soufflant à plus de 100 km/h qui ont provoqué des chutes d'arbres et de branches sur les lignes, a indiqué un porte-parole d'ERDF.

ERDF, les pompiers, l'Equipement, les services municipaux, Orange ont multiplié depuis jeudi les interventions pour rétablir l'électricité, tronçonner les arbres coupant les routes, sécuriser les fils électriques tombés au sol ou assister des personnes âgées privées de courant.

Le collège de Saint-Jory (Haute-Garonne) est resté fermé vendredi après que le vent eut arraché des éléments de toiture jeudi vers 18H15, à une heure où les 396 élèves avaient quitté l'établissement, a-t-on appris auprès de ce dernier.

Les pompiers n'ont signalé que deux blessés légers, dans le Tarn-et-Garonne. Météo-France a cependant émis un bulletin d'alerte orange jusqu'à vendredi soir en Haute-Garonne et dans le Tarn.

Le vent d'autan qui balaie la région par rafales depuis mercredi a atteint 122 km/h à Francazal, dans la banlieue de Toulouse, et 112 km/h à Castres (Tarn). Selon Météo-France, un tel événement d'autan se produit une fois tous les deux ou trois ans.

ERDF a déployé plus de 800 agents pour ramener l'électricité, surtout en Midi-Pyrénées où 40.000 foyers ont été plongés dans le noir. Des techniciens ont été appelés en renfort de Languedoc-Roussillon et Poitou-Charente, a dit un porte-parole d'Electricité Réseau Distribution France, filiale d'EDF.

Malgré une mobilisation aux premières heures, leur travail est compliqué car le phénomène est violent et durable. "Le souci, c'est que le vent continue de souffler et provoque de nouvelles chutes d'arbres. Ce que les agents rétablissent d'un côté se défait de l'autre", explique-t-on chez ERDF.

Les coupures d'électricité affectent les centraux téléphoniques. Environ 4.000 abonnés n'avaient plus de téléphone fixe vendredi vers 10H00, essentiellement dans l'Aveyron, le Gers, le Lot et le Tarn-et-Garonne, a dit une porte-parole d'Orange Sud, Laurence Weckl.

Ceux qui ont encore les bons vieux téléphones avec des lignes analogiques et qui restent plus nombreux qu'ailleurs n'ont pas de problème, a-t-elle dit. Sauf quand les lignes téléphoniques ont été arrachées par le vent.

C'est pour de telles interventions que les pompiers sont beaucoup sortis: environ 200 fois entre jeudi soir et vendredi matin en Haute-Garonne, 111 fois en 24 heures dans le Tarn-et-Garonne pour déposer des objets tombant des toits, neutraliser des volets sortis de leurs gonds ou dégager des voies, ont-ils indiqué.

Un jeune homme de 18 ans et un autre de 34 ans ont été blessés légèrement jeudi soir à Montauban, l'un par une tôle, l'autre par une enseigne.

Les pompiers ont prêté main forte dans une maison de retraite de Monclar-de-Quercy pour ramener à l'étage des personnes âgées qui avaient pris leur dîner au rez-de-chaussée mais ne pouvaient remonter parce que l'ascenseur était en panne.

Des fils électriques dénudés et pendants ont aussi provoqué dans le département une vingtaine de départs de feu favorisés par la broussaille sèche.

Les autorités ont diffusé des messages de vigilance. La préfecture de la Haute-Garonne a demandé des précautions particulières de la part des maires ou des organisateurs d'événements. Elle conseille de limiter ses déplacements et sa vitesse en voiture, de ne pas se promener en forêt, de ne pas monter sur les toitures et de ne pas toucher aux fils électriques au sol.

Le vent devait rester fort à très fort vendredi, avec des rafales attendues jusqu'à 125 km/h dans les zones montagneuses exposées ou sur le Lauragais, au sud-est de Toulouse. Il risquait même d'atteindre 150 km/h sur les sommets pyrénéens.

Mais il était appelé à faiblir progressivement jusqu'à une levée de l'alerte dans la nuit de vendredi à samedi.