« Les cas d'agression physique ont été multipliés par six »

— 

Jacques Lizé, président de SOS Homophobie


Avez-vous été surpris par l’annonce récente d’une agression sur une personne homosexuelle ?

Nous sommes toujours désagréablement surpris par ce type de nouvelles. Il faut attendre les conclusions de la justice dans le cas précis de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) qui nous avait été également rapporté sur notre ligne d’écoute téléphonique. Mais cela semble conforter malheureusement notre constat : il y a de plus en plus d’agressions physiques à caractère homophobe en France. On peut même parler d’une réelle vague.

S’agit-il d’une augmentation des agressions elles-mêmes ou d’une augmentation du nombre de signalements ?

Nous sommes posés la question après une recrudescence d’actes du même type en avril 2006. Nous savons que notre ligne d’écoute est plus visible qu’auparavant, les gens parlent plus facilement et les médias sont plus attentifs à ce genre de sujet. Tout cela a un effet certain mais l’augmentation du nombre d’agressions signalées constatée dans nos statistiques (6 fois plus d’agressions physiques en 2005 qu’en 2000) s’accompagne également d’une augmentation de la part des agressions physiques sur la totalité des faits signalés (le pourcentage d’agressions physiques est passé de 2 à 13% sur l'ensemble des faits signalés). Le nombre de signalements augmente mais le nombre d’agressions aussi. Le ministère de l’Intérieur dispose de chiffres mais ils ne nous sont pas communiqués. Par ailleurs, nous sommes passés de cas où « casser du pédé » signifiait casser la gueule de la personne lors d’une altercation à des cas de tentatives d’homicide délibérées.

Connaissez-vous les causes de ces augmentations ?

Il ne s’agit que d’hypothèses mais la plus grande visibilité de la communauté homosexuelle, récemment au cœur de l’actualité avec la question du mariage et de l’adoption exacerbent l’homophobie de certains, consciemment ou non. Quand on constate en plus qu’en France, un député UMP peut dire tout haut que les homosexuels sont dangereux pour l’humanité… Il y a toujours eu des homos se faisant détrousser sur des lieux de drague, ce qui est nouveau, c’est qu’il y a de la haine dans l’agression. La question de l’environnement a également son importance, dans les cités de banlieue, en Corse et dans les DOM-TOM, les gays vivent dans la peur tant la pression sur eux est forte. C’est pour cela que nous avons moins d’appels provenant de ces zones. Dans les cités, l’homophobie est la plus forte et la moins visible.

Propos recueillis par Arnaud Sagnard