Alimentation : Oui, les Schokobons contiennent bien du « shellac », un additif issu d’insectes

FAKE OFF Le « shellac » ou E904 figure parmi les ingrédients qui composent les célèbres chocolats commercialisés par Kinder

Lina Fourneau
— 
Des insectes dans les Schokobons ?
Des insectes dans les Schokobons ? — L.F
  • Sur TikTok, les internautes crient au scandale : des insectes se trouveraient dans les célèbres Schokobons vendus par Kinder.
  • Parmi les ingrédients, on retrouve bien un agent d’enrobage, le shellac. Il est issu des sécrétions de la cochenille asiatique, un insecte.
  • « C’est un additif fréquemment utilisé dans l’alimentation et les médicaments depuis des décennies », répond l’entreprise Ferrero - auquel Kinder appartient - auprès de 20 Minutes.

Sur TikTok, une tendance virale ces derniers jours montre des internautes en colère contre la célèbre marque de chocolats Kinder. Dans les rayons des supermarchés, ils se filment en train de découvrir ce qui semble être une des plus grandes supercheries de l’histoire. « On mange des insectes depuis toujours sans s’en rendre compte », alerte une première internaute. « Mais c’est un scandale, j’ai halluciné quand j’ai entendu ça. Ça fait déjà un moment qu’on bouffe des insectes, vous le saviez ? », interroge une deuxième. En cause, les tant appréciés Schokobons.

L’ingrédient mystère serait du « shellac », autrement identifiable comme la gomme-laque ou l'E904. 20 Minutes vous en dit plus sur ce composant.




FAKE OFF

Des insectes dans nos assiettes ? C’est ce que prétendent les utilisateurs de TikTok dans leurs vidéos. Ce lundi, nous avons donc vérifié en rayon et effectivement les paquets de Schokobons indiquent bien la composition suivante : « agents d’enrobage (gomme arabique, shellac) ». Il s’agit d’un agent de texture issu des sécrétions de la cochenille asiatique, un petit insecte. Ce sont principalement les sécrétions de la femelle qui sont utilisées, explique le CNRS.

Sur son site Internet, UFC-Que choisir ajoute que la résine de shellac est utile pour protéger les ingrédients du dessèchement et de la perte d’arôme. Ainsi, on le retrouve dans de nombreux aliments comme les bonbons, les chocolats ou les gâteaux. Certains fruits comme les pommes peuvent également être recouverts de cette gomme, mais son ajout doit toujours être indiqué.

« Utilisé depuis des décennies »

En 2018, l’association Foodwatch alertait toutefois de la mauvaise indication faite sur les produits concernés. Par exemple, « sur les pommes bien rouges et luisantes Fuji », l’association indique : « Rien, au rayon frais, ne laisse penser que les pommes ont été enduites de cette résine d’insectes ». Dans le même rapport, une douzaine de produits ont été mis en cause par l’organisation pour des arnaques à l’étiquette consistant à ne pas prévenir le consommateur de la présence animale dans le produit.

D’ailleurs, le shellac n’est pas uniquement utilisé dans l’alimentation. « Ses propriétés filmogènes, adhésives et plastifiants sont attribuées à la présence de composés analogues à ceux de certaines cires. On utilise aussi la cire shellac pour les mascaras, les rouges à lèvres, les eye-liners et les laques à ongles brillantes », note le CNRS. 

Malgré tout, dans l’alimentation, « aucun effet néfaste n’a jamais été signalé », rappelle l’association UFC-Que choisir. Du côté du groupe Ferrero - auquel appartient Kinder - on précise auprès de 20 Minutes : « Nous n’utilisons pas d’insectes dans nos produits. Nous utilisons de la gomme shellac dans l’enrobage des Schokobons, pour les rendre plus brillants. Il s’agit d’un additif sûr et autorisé dans de nombreux produits par les autorités alimentaires et sanitaires partout dans le monde. Il est fréquemment utilisé dans l’alimentation et les médicaments, et ce, depuis des décennies. »

L'E120 et son risque d’allergies

Dans une des vidéos publiées sur TikTok, un internaute met également en cause les chocolats M&M’s et la présence d’E120. Un colorant que l'on ne retrouve pas cette fois dans les Kinder. Cet acide carminique est également obtenu à partir d’extraits de cochenille. Sa poudre rouge agit en fait comme un colorant pour les célèbres chocolats aux cacahuètes, mais est aussi utilisée dans les fraises tagada chez Haribo.

Mais pour ce produit, l’EFSA souligne la possibilité d’allergies respiratoires et alimentaires. L'E120 reste toutefois réglementaire, même si une certaine dose doit être respectée pour sa consommation (5 mg/kg de poids corporel/jour, selon l’EFSA).

Sur les réseaux sociaux, la consommation potentielle d’insectes à notre insu revient souvent comme un sujet d’inquiétude. Dernièrement, les internautes ont alerté sur le récent vote par la Commission européenne de la commercialisation de grillons domestiques. Toutefois, comme l’indiquait plus tôt l’organisation auprès de 20 Minutes, pour les produits préemballés ou non préemballés contenant des allergènes, les informations doivent obligatoirement être visibles facilement par le consommateur.