Fillette enlevée en Isère : Le père et son complice interpellés au Danemark

enlèvement Le père de l’enfant de 10 ans et son complice ont été arrêtés vendredi au Danemark. La fillette a également été retrouvée

20 Minutes avec AFP
— 
Le père d'Eya, une fillette de 10 ans, est soupçonné de l'avoir enlevée.
Le père d'Eya, une fillette de 10 ans, est soupçonné de l'avoir enlevée. — AFP

Après l’inquiétude, le soulagement, à l’autre bout de l’Europe. La fillette de 10 ans, brutalement enlevée jeudi en Isère par son père et un complice, a été retrouvée vendredi au Danemark, où ses ravisseurs ont été interpellés après l’émission d’un mandat d’arrêt européen.

« Eya vient d’être retrouvée au Danemark avec son père et le complice de celui-ci », a indiqué le procureur de Grenoble Eric Vaillant, sans apporter plus de précisions sur l’état de santé de la fillette ou les circonstances de ces interpellations.

Ce rebondissement survient après trente-six heures d’angoisse pour la mère de la fillette, présente au moment de son violent rapt jeudi matin. Eya, scolarisée en CM2, a été enlevée vers 8h15 pendant qu’elle marchait avec sa mère dans la rue pour se rendre à son école de Fontaine, en banlieue de Grenoble. Selon le parquet, le père « et un complice encagoulé » ont « gazé avec du produit lacrymogène la mère de la petite fille » avant de s’emparer de l’enfant.

Une angoisse de trente-six heures

Avant l’arrestation des suspects, le procureur de Grenoble avait indiqué que les éléments en possession des enquêteurs laissaient penser que le père, son complice et l’enfant étaient partis à l’étranger. Il mentionnait comme « destinations possibles » la Suède et la Tunisie, pays correspondant à la double nationalité du père, âgé de 53 ans.

Une information judiciaire a été ouverte dans l’après-midi, notamment pour « violences aggravées » sur la mère de l’enfant ainsi que « soustraction par ascendant » et complicité, et des mandats d’arrêt ont été délivrés et « diffusés dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen », selon le parquet.

Ce dernier avait levé l’alerte enlèvement dans la matinée après que la police judiciaire eut reçu environ 70 messages. La mère âgée de 33 ans a expliqué au Dauphiné Libéré jeudi qu’elle circulait à pied avec sa fille lorsqu’elles avaient été soudainement bloquées par un véhicule, à l’intérieur duquel elle dit avoir reconnu le père de l’enfant.