20 Minutes : Actualités et infos en direct
EnquêteUne expédition punitive est-elle à l’origine de la mort de Thomas à Crépol ?

Mort de Thomas à Crépol : Une expédition punitive est-elle vraiment à l’origine du drame ?

EnquêteLe « Parisien », qui a consulté le rapport d’enquête des gendarmes, révèle ce mardi qu’une altercation bien futile aurait pu déclencher la bagarre ayant coûté la vie au jeune rugbyman
La salle des fêtes de Crépol, où se tenait un bal à l'issue duquel Thomas a été mortellement poignardé.
La salle des fêtes de Crépol, où se tenait un bal à l'issue duquel Thomas a été mortellement poignardé.  - MOURAD ALLILI/SIPA / SIPA
Caroline Girardon

Caroline Girardon

L'essentiel

  • Le Parisien, qui a pu consulter le rapport des enquêteurs, apporte ce mardi de nouvelles révélations consécutives à la mort de Thomas à Crépol.
  • La thèse de l’expédition punitive, menée par une bande de jeunes de Romans-sur-Isère, paraît fragilisée.
  • Une altercation bien futile pourrait avoir déclenché la bagarre où cours de laquelle l’adolescent a été mortellement poignardé. Contacté par 20 Minutes à ce sujet, le parquet de Valence n’a pas répondu pour l’instant.

Que s’est-il réellement passé le soir du 18 novembre à Crépol au cours duquel le jeune Thomas a été mortellement poignardé ? Le Parisien, qui a pu consulter le rapport d’enquête menée par les gendarmes de la section de recherche de Grenoble, révèle ce mardi que les faits sont bien plus complexes qu’ils n’y paraissent. Rien ne permettrait d’accréditer pour l’instant la thèse d’une expédition punitive comme étant à l’origine du drame.

Selon le quotidien, les neuf suspects interpellés à ce jour seraient arrivés au bal entre 23 heures et 1 heure à bord de cinq voitures. Et par petits groupes. Quatre d’entre eux auraient d’ailleurs participé à la soirée, sans que l’entrée ne leur soit refusée. Si certains témoins disent n’avoir rien remarqué de particulier dans leur attitude, d’autres ont noté qu’ils étaient restés en retrait, sans trop se mêler aux autres participants.

Une chanson de Jul comme élément déclencheur ?

Ces quatre garçons auraient passé deux heures à l’intérieur de la salle des fêtes dans laquelle se tenait le bal, tandis que les autres, venus les rejoindre, seraient restés sur le parking où ils ont bu de l’alcool. Vers deux heures du matin, les choses dégénèrent. A partir du moment où le DJ passe une chanson de Jul.

Devant les enquêteurs, l’un des quatre garçons explique avoir fait l’objet de moquerie. Un jeune rugbyman, dit-il, serait venu lui tirer les cheveux tout en le comparant à la jeune fille évoquée dans le morceau. Lui riposte, s’énerve et insulte le sportif qui l’aurait invité à s’expliquer dehors, faute de s’excuser, raconte-t-il. « Cette altercation pourrait être à l’origine de la rixe », notent les enquêteurs dans leur rapport.

Tout sur la mort de Thomas à Crépol

Que s’est-il ensuite passé ? Qui a frappé en premier ? Les versions divergent d’un camp à l’autre. Seule certitude : les « renforts » sont arrivés de part et d’autre. Une trentaine de personnes, dont plusieurs jeunes de Romans armés de couteaux, se sont retrouvées impliquées dans la bagarre. Une rixe particulièrement violente. Un vigile tente d’intervenir pour séparer les belligérants mais se fait menacer par l’un de gamins. En tentant de se protéger, il sera touché à la main. « Quand j’ai été blessé, je ne refoulais pas de jeunes de Romans à l’entrée, je tentais juste de calmer les choses », rectifie-t-il auprès du Parisien.

Quant à Thomas, il recevra un coup mortel tout près du cœur. A ce jour, l’auteur n’a pas été formellement identifié, selon le quotidien. Contacté par 20 Minutes, le parquet de Valence (Drôme) n’a pas répondu à notre sollicitation pour l’instant.


Sujets liés