Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
PARISDarmanin « scandalisé » par un rassemblement d’ultradroite à Paris

Mort de Thomas à Crépol : 200 personnes à un rassemblement d’ultradroite devant le Panthéon, Darmanin « scandalisé »

PARIS
Le rassemblement s’est tenu dans le 5e arrondissement de Paris, à l’appel d’un collectif identitaire
Malgré l'appel du collectif « Les Natifs », de nombreuses personnes sont venues cagoulées à ce rassemblement.
Malgré l'appel du collectif « Les Natifs », de nombreuses personnes sont venues cagoulées à ce rassemblement.  - Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP / AFP
R.L.D.

R.L.D.

Malgré le froid, environ 200 personnes se sont retrouvées ce soir devant le Panthéon dans le 5e arrondissement de Paris. C’est à l’appel du rassemblement du collectif d’ultradroite « Les Natifs » pour un « hommage à Thomas », le jeune tué d’un coup de couteau dans la Drôme, que répondent ces manifestants.

« Je suis scandalisé par la manifestation à Paris. Le préfet de Police sur mon instruction l’avait interdite, la justice l’a autorisée », a réagi le ministre de l’Intérieur à l’Assemblée, à la toute fin de l’examen en commission du projet de loi immigration.

Le rassemblement avait été initialement interdit par un arrêté du préfet de police de Paris, Laurent Nunez qui avait justifié sa décision : « Dans ce type de rassemblement, on a des propos tenus qui sont des propos d’incitation à la haine et à la violence ». Mais le tribunal administratif a suspendu cet arrêté, validant le référé-liberté déposé par le collectif, héritier de Génération identitaire, le groupe nationaliste dissout en 2021.

Des slogans anti-immigration

Soulignant que ce rassemblement avait pour « objet de rendre hommage à Thomas », les juges des référés ont conclu que « l’interdiction prononcée port (ait), compte tenu de son caractère disproportionné, une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de manifestation ».

C’est tout de même face à un important dispositif policier que les centaines de personnes présentes ont allumé des fumigènes pour « demander justice pour Thomas ». Sans grande surprise, les chants entonnés ensuite se sont écartés du simple hommage pour revêtir des revendications anti-immigration : « La racaille en prison, clandestins dans l’avion. »

Parmi les manifestants était présent Jean-Yves Le Gallou, ancien député européen et ancien membre du FN (ancien nom du RN).

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

La police et les journalistes ont également été pris pour cible par les chants : « Police complice, journalistes collabos. » Selon les journalistes sur place, le rassemblement s’est dispersé peu après 20 heures.

Sujets liés