20 Minutes : Actualités et infos en direct
EnquêteUn gang de Roumains installé en Belgique braquait des DAB en France

Un gang de Roumains installé en Belgique braquait des DAB en France

EnquêteSa huitième attaque à l’explosif de distributeurs automatiques était celle de trop pour cette bande de criminels roumains, en partie démantelée par les policiers belges en coopération avec la police et la gendarmerie françaises
Un braquage de DAB à Lille (illustration).
Un braquage de DAB à Lille (illustration). - M.Libert / 20 Minutes / 20 Minutes
Mikaël Libert

Mikaël Libert

L'essentiel

  • Une partie d’un gang de braqueurs roumains de distributeurs automatiques de billets a été arrêtée après une série de 8 attaques à l’explosif dans le nord de la France entre mai et novembre 2023.
  • Les attaques ont occasionné d’importants dégâts, chiffrés à « plusieurs centaines de milliers d’euros » à chaque fois.
  • Lors de l’interpellation en Belgique de deux mis en cause, les policiers ont découvert près de 200 g d’explosif artisanal et des véhicules utilisés par le gang.

Dans les films de gangsters, c’est toujours le casse de trop qui met les personnages dedans. Le scénario s’est confirmé dans la vraie vie pour ce gang de braqueurs roumains de distributeurs automatiques de billets (DAB), dont une partie de l’équipe a été interpellée en Belgique, jeudi dernier, après une attaque à Condé-sur-l’Escaut, dans le nord de la France.

En sept mois, de mai à novembre, huit DAB ont été braqués à l’explosif dans les départements du Nord et de la Meurthe-et-Moselle. Des attaques lourdes, occasionnant d’importants dégâts, chiffrés à « plusieurs centaines de milliers d’euros » à chaque fois affirme le parquet de Lille. Les premières investigations préliminaires ont permis de mettre en exergue des similitudes entre ces différentes affaires. Les attaques étaient perpétrées sur des DAB en France mais proches de la frontière belge et le mode opératoire, l’utilisation d’explosifs, était le même à chaque fois.

Une équipe très mobile agissant lors de raids éclair

Une information judiciaire a été ouverte en septembre dernier par le parquet de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS), notamment des chefs de vols en bande organisée et association de malfaiteurs en vue de la préparation de crimes et délits. Les investigations, menées conjointement par la section de recherches de la gendarmerie de Lille et par les policiers de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante, ont permis « d’identifier un groupe criminel roumain implanté en Belgique », affirme le parquet de Lille.

Pour tomber cette équipe très mobile et agissant lors de raids éclair, d’importants moyens ont été mobilisés entre la France et la Belgique. C’est ce qui a permis, jeudi, l’interpellation à Bruxelles de deux membres du gang après une attaque à l’explosif d’un DAB à Condé-sur-l’Escaut. Dans la foulée, des perquisitions ont été menées à différents endroits identifiés en Belgique. Les policiers ont ainsi pu découvrir près de 200 g de peroxyde d’acétone, ou TATP, un puissant explosif artisanal apprécié dans le milieu du banditisme et du terrorisme pour la facilité d’accès aux produits pour le fabriquer. Les policiers ont aussi retrouvé des billets marqués à l’encre de sécurité, des véhicules et des outils.

Les deux mis en cause ont été placés en détention provisoire en Belgique dans l’attente de leur extradition vers la France. L’enquête se poursuit pour tenter de retrouver les autres membres du gang dont le nombre estimé n’a pas été précisé.

Sujets liés