20 Minutes : Actualités et infos en direct
sous couvertureUn homme tente de tuer une collègue qu’il prenait pour une espionne

Royaume-Uni : Un homme avoue avoir tenté de tuer une collègue américaine qu’il prenait pour une espionne

sous couvertureJoshua Bowles avait attaqué la victime, dont l’identité n’a pas été dévoilée, à l’aide de deux couteaux
Une scène de crime à Londres. Illustration.
Une scène de crime à Londres. Illustration. - Dinendra Haria/LNP/Shutterstock/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Il la prenait pour une espionne et a donc décidé de tenter de la tuer. Un homme de 29 ans a plaidé coupable mercredi devant un tribunal londonien de tentative de meurtre sur une Américaine travaillant au sein d’une agence du renseignement britannique, dont lui-même avait été un employé.

Le 9 mars dernier, Joshua Bowles avait attaqué la victime, dont l’identité n’a pas été dévoilée, à l’aide de deux couteaux, alors qu’elle sortait d’un centre de loisirs situé à environ 5 kilomètres du siège de l’agence britannique du cyberrenseignement (GCHQ), dans la ville de Cheltenham (ouest de l’Angleterre).

Accompagnée d’un ami, elle s’était retranchée dans le centre de loisirs, mais l’accusé les avait suivis pour les attaquer encore à l’intérieur. « La victime a été blessée de plusieurs coups de couteau, dont une blessure à l’abdomen qui a transpercé son foie, selon SkyNews. Elle a été transportée à l’hôpital, où elle a dû être opérée d’urgence et a passé un certain temps dans l’unité de soins intensifs ». Joshua Bowles s’en était aussi pris à un autre homme qui tentait de s’interposer. L’enquête avait été menée par la police antiterroriste.

Une collègue du GCHQ

Lors de l’audience, l’accusation a indiqué que la victime était une employée du gouvernement américain en poste au GCHQ au moment des faits. Joshua Bowles avait lui même travaillé un temps au GCHQ, qui s’occupe notamment du renseignement d’origine électromagnétique et de cybersécurité, et avait fait des recherches sur la victime et d’autres ressortissants américains employés sur le site.

Lors d’une précédente audience, l’accusation avait estimé que cette attaque avait été « planifiée ». « Il a attaqué la victime, parce que, dans son esprit, elle représente l’Etat », avait-elle affirmé.

Sujets liés