Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
violencesUne enquête ouverte après l’agression d’un maire près de la Rochelle

La Rochelle : Une enquête ouverte après l’agression d’un maire

violences
L’élu a été frappé par des gens du voyage après qu’il leur refuse l’installation sur un terrain de football municipal, les dirigeant vers l’aire de grand passage de l’agglomération
Le tribunal de grande instance de la Rochelle.
Le tribunal de grande instance de la Rochelle. - Capture d'écran Google maps / Capture d'écran Google Maps
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Un maire sexagénaire a été blessé aux côtes et s’est vu prescrire une interruption temporaire de travail de douze jours après une agression. Une enquête en flagrance a été ouverte pour retrouver l’agresseur samedi de ce maire d’une commune de l’agglomération de La Rochelle, a-t-on appris lundi auprès du parquet, confirmant une information du journal Sud Ouest. « Nous recherchons un agresseur, qui a frappé au ventre et a fait chuter le maire. Son identification est en cours », a déclaré la substitut du procureur de La Rochelle, Soraya Ahras.

Le maire de L’Houmeau, Jean-Luc Algay dit avoir été agressé par un ou plusieurs membres d’un groupe de gens du voyage, samedi en début d’après-midi, en voulant les empêcher de s’installer sur le terrain de football municipal de cette commune d’environ 3.000 habitants.

« Je suis tombé au sol »

Après leur avoir conseillé de se rendre à l’aire de grand passage de l’agglomération de la Rochelle, « ce qu’ils ont refusé », « un gaillard de 30 ans - j’en ai 60 - m’a ceinturé au visage puis au torse et j’ai commencé à recevoir des coups avant d’être projeté contre une voiture », a-t-il témoigné. « J’en ai eu le souffle coupé et je suis tombé au sol. Là, ils m’ont filmé en disant " le maire est par terre " comme si j’étais une proie », a ajouté le maire,

Selon son récit, les agresseurs ont alors pris peur et sont partis avant l’arrivée de la gendarmerie. Cette dernière a recueilli sa plainte « dimanche après-midi avant de transmettre le dossier à la brigade de recherche de La Rochelle », a expliqué l’officier communicant de la gendarmerie, le lieutenant-colonel Sébastien Letellier. « Des riverains ont filmé toute la scène », a assuré Jean-Luc Algay.

Le 7 juillet, la ministre chargée des Collectivités territoriales Dominique Faure a détaillé un plan de cinq millions d’euros pour renforcer la protection des élus, sans toutefois parvenir à convaincre ces derniers, quelques jours après l’attaque à la voiture-bélier du domicile du maire de L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne). Les premières mesures de ce plan avaient déjà été annoncées peu après l’incendie volontaire du domicile du maire de Saint-Brevin-les-Pins (Loire-Atlantique), qui a depuis démissionné de ses fonctions.

Sujets liés