20 Minutes : Actualités et infos en direct
saturationUn nourrisson transféré à Rouen, faute de lits dans les Hauts-de-Seine

Ile-de-France : La réanimation pédiatrique saturée, un nourrisson transféré à Rouen

saturationUn nourrisson hospitalisé dans les Hauts-de-Seine a été transféré au CHU de Rouen le week-end dernier, à près de 140 kilomètres
Les lits de réanimation pédiatrique libres sont rares en Île-de-France, à cause du manque de soignants
Les lits de réanimation pédiatrique libres sont rares en Île-de-France, à cause du manque de soignants  - SYSPEO/SIPA / SIPA
Romain Cazaud

R.C.

Un nourrisson âgé de 2 mois a dû être transféré à Rouen samedi dernier, car il n’y avait pas de place disponible dans les services de réanimation pédiatrique des Hauts-de-Seine, rapporte Le Parisien. Et il n’y avait pas non plus de lit disponible dans l’un des cinq hôpitaux spécialisés d’Île-de-France. « On fait le tour des services de réanimation pédiatrique d’Ile-de-France, zéro place. On refait un deuxième tour en disant ''non, mais là, c’est vraiment problématique, tu ne peux vraiment pas nous trouver de la place''. Et au bout du compte, pas de place », a témoigné Gilles Jourdain, responsable médical du Smur pédiatrique des Hauts-de-Seine, auprès de franceinfo.

La solution la plus proche a donc été de transférer l’enfant nécessitant des soins de réanimation pour une bronchiolite et une grande difficulté respiratoire au CHU de Rouen, à 140 kilomètres des Hauts-de-Seine.

Ce transfert est intervenu hors période épidémie de bronchiolite. L’an dernier, il y avait eu, toujours selon le parisien, 62 transferts du même type en Île-de-France. Le premier était cependant intervenu à la mi-septembre. Et Gilles Jourdain de souligner au Parisien : « En Île-de-France, il manquait ce lundi 36 lits sur les 102 de réanimation et de soins continus pédiatriques. À Necker, ils ont zéro place disponible. Idem à Robert-Debré, au Kremlin-Bicêtre ou à Raymond-Poincarré. À Trousseau, ils sont en surbooking. »

Sujets liés