20 Minutes : Actualités et infos en direct
JUSTICEDeux personnes mises en examen après le double meurtre en Isère

Isère : Deux personnes mises en examen après le double meurtre dans un gîte

JUSTICEA l’issue de leur mise en examen, la première personne a été placée sous contrôle judiciaire tandis que la seconde a été placée en détention provisoire
Illustration de la police.
Illustration de la police. - Camille Allain / 20 Minutes  / 20 Minutes
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Deux personnes ont été mises en examen pour « meurtres en bande organisée », après un double homicide dans un gîte en Isère, a annoncé jeudi le parquet de Lyon. « Deux personnes ont été présentées par le parquet de Lyon ce jour (jeudi) en vue de leur mise en examen des chefs de meurtres en bande organisée et association de malfaiteurs en vue de la préparation de crimes de meurtres en bande organisée », a précisé le parquet à l’AFP.

A l’issue de leur mise en examen, la première personne a été placée sous contrôle judiciaire tandis que la seconde a été placée en détention provisoire. Les investigations se poursuivent désormais sous l’autorité d’un juge d’instruction de la juridiction interrégionale de Lyon (JIRS) spécialisée dans le crime organisé.

Dimanche après-midi, deux personnes avaient été retrouvées mortes dans un gîte à Châtonnay. « Bien que leur identité ne soit pas encore établie, il pourrait s’agir de deux individus de nationalité turque », avait expliqué la procureure de la République de Vienne Audrey Quey dans un communiqué.

« La piste du règlement de comptes » privilégiée

Le premier corps a été touché à douze reprises essentiellement au thorax et à la tête. Le second a été touché d’une seule balle au niveau du thorax, selon le parquet. Une arme de poing avait été retrouvée sous l’un des corps. « A ce stade, la piste du règlement de comptes est privilégiée », avait précisé la procureure.

Les gendarmes avaient été « prévenus par un témoin appelé par un troisième homme de 27 ans présent sur place au moment des faits » et qui avait été placé en garde à vue. Le parquet de Vienne s’était dessaisi de l’affaire au profit de la JIRS. Les trois hommes étaient arrivés vendredi soir dans le gîte de cette commune de 2.100 habitants. « Ils seraient entrés sur le territoire national avec de faux papiers d’identité bulgares », avait ajouté Quey.

Sujets liés