20 Minutes : Actualités et infos en direct
Fake OFFOn fait le point sur les violences dans les piscines à Berlin

Bagarres, insultes… On fait le point sur les violences dans les piscines à Berlin

Fake OFFUne vidéo virale montrant une bagarre dans une piscine a fait le tour des réseaux sociaux en France, mais elle date d’il y a un an. Des incidents violents ont cependant mené la municipalité de Berlin à renforcer les contrôles dans les piscines
Vue d'une piscine en plein air dans le quartier de Mariendorf à Berlin le 30 juin 2019 (Illustration).
Vue d'une piscine en plein air dans le quartier de Mariendorf à Berlin le 30 juin 2019 (Illustration).  - Gregor Fischer / dpa / AFP / Gregor Fischer / dpa / AFP
Emilie Jehanno

Emilie Jehanno

L'essentiel

  • La vidéo d’une bagarre dans une piscine, selon toute vraisemblance à Berlin, est devenue virale cette semaine sur les réseaux sociaux.
  • Mais cette vidéo a été postée pour la première fois il y a un an sur Twitter.
  • Des incidents violents ont, cependant, bien eu lieu ces dernières semaines dans les piscines berlinoises.

Une bagarre éclate au bord d’une piscine en plein air. Un groupe d’une quinzaine d’hommes poursuit et frappe un autre. La vidéo, virale, a été postée par plusieurs comptes liés à l’extrême droite en France, le 18 juillet. D’après le commentaire copié/collé dans ces posts, la situation serait alarmante : « Après la fermeture de la piscine de Berlin en raison d’agressions sexuelles commises par des migrants, le président de l’association des sauveteurs avertit que "la violence contre le personnel de la piscine est partout". » « Les Allemands fuient les piscines, même en province et surtout lorsqu’ils sont en famille », dénoncent-ils.

Plusieurs posts viraux mélangent information et désinformation au sujet de la fermeture d'une piscine à Berlin, en y associant une vidéo de juin 2022.
Plusieurs posts viraux mélangent information et désinformation au sujet de la fermeture d'une piscine à Berlin, en y associant une vidéo de juin 2022. - Captures d'écran/Twitter

Mais la plus ancienne occurrence de cette vidéo date du 23 juin 2022, soit il y a un peu plus d’un an, d’après une recherche par image inversée. Et ce n’est pas la seule approximation de ces posts, qui mélangent informations et désinformation sur les altercations dans les piscines berlinoises. On fait le point.

FAKE OFF

D’après nos recherches, la scène de la bagarre, postée le 23 juin 2022, pourrait s’être déroulée dans une des 18 piscines en plein air de Berlin. Le commentaire de ce premier post indique que l’incident a lieu dans la piscine d’Insulaner, située dans le quartier de Tempelhof-Schöneberg. On entend également parler allemand dans la vidéo et le lieu paraît y ressembler, si l’on compare avec une photo des piscines en plein air sur le site officiel. Il n’est pas possible de l’affirmer avec certitude.

Contacté par 20 Minutes, le Berliner Baeder, le service municipal qui gère les piscines publiques berlinoises, n’a pas souhaité commenter cette vidéo, ni apporter des précisions sur sa localisation. Mais il indique qu’elle ne date pas de cette année et « ne reflète pas les événements actuels dans les piscines publiques de Berlin ».

Une fermeture d’une semaine

Ces dernières semaines, de violentes altercations ont bien eu lieu dans plusieurs piscines de la capitale allemande. Dans le quartier multiculturel du Neukölln, la piscine dite de Columbiabad a fermé temporairement ses portes, mais pas en raison « d’agressions sexuelles commises par des migrants », comme l’affirment les posts sur les réseaux sociaux. D’après le quotidien local, le Berliner Zeitung, des « altercations » ont eu lieu le dimanche 9 juillet : de jeunes hommes ont refusé d’écouter le service de sécurité, sont restés dans l’eau ou continuaient de plonger malgré les demandes des agents de quitter les lieux. La police a dû intervenir pour évacuer les bassins.

A partir du 10 juillet, la piscine a « dû rester fermée toute la semaine en raison d’un taux élevé d’arrêts de travail parmi le personnel », nous indique la direction des piscines publiques. Dans une lettre révélée le 12 juillet par le Tagesspiegel, et adressée dès mi-juin à sa direction, le personnel de la piscine de Columbiabad dénonce des conditions de travail difficiles.

Un personnel à bout

Il signale des « insultes, des crachats ou des brimades » qui sont monnaie courante. Le règlement est « délibérément ignoré ». « Les employés, les femmes, les minorités, en particulier les personnes trans et queer, sont de plus en plus menacés », rapporte aussi le Berliner Zeitung. Débordé, le personnel de sécurité ne parvient pas à faire respecter les exclusions ou à signaler les incidents. Le personnel dénonce un « sous-effectif flagrant ». La piscine a, malgré tout, rouvert ses portes ce lundi 17 juillet, dans le calme d’après le quotidien berlinois.

Un autre incident a eu lieu à la piscine de Prinzenbad à Kreuzberg le 9 juillet : un homme de 20 ans a été sévèrement battu parce qu’il aurait parlé à une fille, rapporte Bild. Il a dû être hospitalisé. Fin juin, indique encore le tabloïd, une autre bagarre entre trois personnes a eu lieu à Pankow. Elle aurait été déclenchée par une accusation de harcèlement sexuel, qui s’est finalement révélée « infondée », ajoute le tabloïd, qui liste aussi des incidents ayant eu lieu dans d’autres régions en Allemagne.

Un nombre d’infractions en baisse entre 2018 et 2022

Souvent présentée comme issue de l’immigration, l’origine des hommes impliqués dans ces divers incidents a été abondamment commentée par les médias et les politiques de droite et d’extrême-droite dans le pays. Contactée, la police de Berlin a pu nous fournir des données précises concernant les infractions commises dans les piscines en plein air de la ville, mais la nationalité ou le pays d’origine des suspects n’en fait pas partie.

Grâce à ce tableau, il est tout de même possible d’affirmer que le nombre d’infractions a baissé entre 2018 et 2022, avec au total près de 360 infractions en 2018 et 2019, contre 285 en 2022. Elles concernent en majorité des vols simples, puis des infractions avec violence et des cambriolages. Autre enseignement des données de la police de Berlin : les infractions sexuelles constituent la part la plus faible des infractions commises dans les piscines en plein air. Seize ont été reportées en 2019, dont 2 agressions sexuelles ou viols et 7 en 2022, dont 1 agression sexuelle ou viol. Les chiffres 2023 ne sont pas encore connus.

« Les zones de non-droit ne seront pas acceptées »

Pour le quotidien de gauche, le Tageszeitung, « les débats enflammés qui agitent les médias font abstraction de la diminution des violences », grâce par exemple au démantèlement des plongeoirs, souvent source de conflits entre jeunes, ou à la formation à la médiation des personnels.

Face à ces incidents, qui ont pris une portée nationale, le nouveau maire de droite de Berlin, Kai Wegner, veut se montrer ferme. Affirmant que « tout le monde doit se sentir en sécurité, en particulier les familles avec enfants », il déclare, dans une réponse envoyée par mail à 20 Minutes, que « les zones de non-droit ne seront pas acceptées dans les piscines en plein air » et détaille toute une série de mesures.

Un contrôle plus strict à l’entrée

Des gardes de police mobiles ont été déployées dans les lieux sujets aux conflits : les piscines de Columbiabad, Prinzenbad, d’Insulaner et de Pankow sont concernées, d’après un communiqué de la ville de Berlin. Le service de sécurité des piscines sera également renforcé. Des caméras de surveillance pourraient être installées.

Depuis le 15 juillet, l’accès aux piscines est soumis à un contrôle plus strict : l’entrée ne peut être autorisée qu’avec une carte d’identité avec photo. « Cette mesure a été prise pour pouvoir vérifier l’identité des personnes si nécessaire », détaille le Berliner Bader, afin de faire respecter le règlement intérieur et de sanctionner en cas d’infractions.

Sujets liés