20 Minutes : Actualités et infos en direct
EnquêteTrois Corses en garde à vue pour des incendies dans l’entourage de Simeoni

Corse : Trois personnes en garde à vue pour des incendies visant des proches de Gilles Simeoni

EnquêteDeux restaurants et une concession automobile ont été incendiés ces derniers mois
Le président de la collectivité de Corse avait évoqué des « menaces » le visant en janvier 2022.
Le président de la collectivité de Corse avait évoqué des « menaces » le visant en janvier 2022. - Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Trois personnes ont été placées en garde à vue dans l’enquête sur des incendies criminels ayant visé deux restaurants et une concession automobile appartenant à des proches de Gilles Simeoni, le président du conseil exécutif de Corse, a-t-on appris dimanche auprès du parquet. Ces gardes à vue, pour des faits datant de décembre, ont eu lieu à Ajaccio dans la nuit de vendredi à samedi, a précisé le parquet, confirmant une information initiale du quotidien Corse-Matin.

Une voiture brûlée ayant un lien avec ces incendies criminels avait été découverte quelques jours plus tard. C’est l’exploitation de la vidéosurveillance qui avait permis aux enquêteurs de joindre l’enquête sur les deux restaurants et celle de la concession automobile.



Les deux restaurants, dont l’un cogéré par un fils du président du Conseil exécutif de Corse, avaient été incendiés à Corte, dans le centre de l’île de Beauté. La concession automobile, où huit véhicules avaient été incendiés, dans la périphérie d’Ajaccio, appartenait elle à Jean-André Miniconi, qui avait conduit une liste soutenue par Gilles Simeoni aux municipales de 2020 à Ajaccio.

Le président de la collectivité de Corse avait évoqué pour la première fois des « menaces » sur sa personne à l’occasion de la présentation de ses vœux, en janvier 2022, sans déposer plainte ni préciser la teneur de ces menaces. Il avait réitéré ces propos lors de l’assemblée générale de Femu a Corsica, son mouvement, devant 600 militants, en affirmant que personne ne lui dicterait quoi faire.

Sujets liés