Pau : Un ouvrier agricole se rend un mois après le meurtre sauvage d’un septuagénaire

enquête Découvert mort chez lui le 1er mai, l’homme de 71 ans présentait 59 plaies par arme blanche. Le jeune suspect n’a pour l’heure pas donné d’explication

20 Minutes avec AFP
— 
Un mandat d'arrêt avait été émis contre le suspect qui a fini par se rendre de lui-même au commissariat de Pau ce dimanche.
Un mandat d'arrêt avait été émis contre le suspect qui a fini par se rendre de lui-même au commissariat de Pau ce dimanche. — ALLILI MOURAD

Il s’est présenté spontanément au commissariat de police de Pau (Pyrénées-Atlantiques), dimanche aux alentours de 13 heures. L’homme recherché pour avoir poignardé à mort un septuagénaire il y a un mois a été mis en examen pour meurtre et écroué ce lundi annonce Rodolphe Jarry, le procureur de la République de Pau. Le suspect est un ouvrier agricole de 20 ans résidant dans Lot-et-Garonne. « Il n’a fait aucune déclaration sur le fond », précise le magistrat, qui ne donne pas plus d’éléments quant au mobile de l’homicide.

Le corps de la victime, âgée de 71 ans, avait été retrouvé dans son appartement du quartier populaire de l’Ousse-des-Bois à Pau, le 1er mai, peu après 20 heures, suite à une alerte donnée par sa fille, inquiète de ne pas avoir de nouvelles.

Le suspect filmé quittant l’immeuble

L’autopsie a permis d’établir que la mort, survenue entre le samedi 29 avril et le lundi 1er mai, était « consécutive à plusieurs plaies pénétrantes au niveau du thorax et de l’abdomen », précise le magistrat. La victime a reçu « 59 plaies par un objet tranchant ou piquant, dont 28 en profondeur », ajoute-t-il.

Le mis en cause, qui s’est rendu dimanche, avait été filmé par la vidéosurveillance en train de pénétrer dans l’immeuble de la victime avant d’en ressortir moins d’une heure plus tard, tenant un couteau d’une longueur de 13 cm. L’objet a été retrouvé plus tard par les enquêteurs de la police judiciaire dans un plan d’eau situé à proximité.

Les investigations se poursuivent désormais sous l’autorité d’un juge d’instruction afin de déterminer les circonstances exactes du meurtre. « Il s’agira en particulier de recueillir les déclarations précises du mis en examen quant aux faits », précise Rodolphe Jarry.