Nord : Un fonctionnaire soupçonné d’avoir détourné un million d’euros d’un centre d’action sociale

Argent public Avec des fausses factures, un employé de la mairie de Loos est parvenu à mettre dans sa poche un million d’euros

Mikaël Libert
— 
L'agent municipal accusé de détournement a été placé en garde à vue (illustration).
L'agent municipal accusé de détournement a été placé en garde à vue (illustration). — Alain ROBERT/SIPA
  • Un agent d’une petite commune du Nord a été placé en garde à vue, soupçonné de détournement de fonds publics.
  • En une dizaine d’années, il est accusé d’avoir volé plus d’un million d’euros au centre d’action sociale de sa commune.
  • Les enquêteurs ont déterminé que le suspect émettait des factures pour des prestations imaginaires, payées sur son propre compte.

Le premier février dernier, un agent municipal de la commune de Loos, près de Lille, dans le Nord, a été interpellé et placé en garde à vue. Selon nos confrères du JDD, le fonctionnaire est soupçonné d’avoir détourné des centaines de milliers d’euros du centre communal d’action sociale (CCAS) auquel il était rattaché.

Le pot aux roses a été découvert fin 2022 sous la forme d’anomalies dans la comptabilité du CCAS de Loos. Des anomalies troublantes et en nombre suffisant, découvertes par les services de la ville, qui ont débouché sur l’ouverture d’une enquête de police. Assez rapidement, les investigations de la sûreté urbaine de Lille ont permis de déterminer que de nombreuses factures, pour des interventions imaginaires de prestataires, avaient été émises par le suspect sur une période assez longue. Le montant des prestations était ensuite tout simplement versé sur le compte du mis en cause, lequel avait remplacé le RIB des prestataires par le sien.

Le couple dépensait plus de 100.000 euros par an

C’est l’agent lui-même qui reconnaîtra lors de ses auditions des détournements pour un total d’environ un million d’euros au cours de la dernière décennie. Un pactole qui permettait au fonctionnaire et sa femme un train de vie de dépenses d’environ 100.000 euros par an, ont estimé les policiers. Ce qui n’a pas empêché l’épouse du suspect d’affirmer qu’elle ignorait tout de l’activité illégale de son mari. Celui-ci a d’ailleurs confirmé sa version, assurant qu’il justifiait cette abondance d’argent auprès de sa femme par des gains au jeu.

Remis en liberté à l’issue de sa garde à vue, le mis en cause sera jugé pour détournement de fonds publics. Entre-temps, il a été révoqué de la fonction publique et sa maison ainsi que sa voiture ont fait l’objet d’une saisie conservatoire.